Le Bus a 40 ans


Mardi 25 juin 2024, Paris. Le 25 juin 1984, sur un trajet inventé qui va de Saint-Denis à Stains, en passant par Pierrefitte, un travelling de 10 minutes, aller et retour, est enregistré, pour conduire aux portraits photographiques de 120 êtres vivants, selon l’« ARRÊT DEMANDÉ ». Cette installation pour l’exposition « Les Immatériaux », Le Bus ou l’Exercice de la découverte, fondée sur un vidéodisque, a aujourd’hui, dans une forme reconstituée, rejoint les collections du Musée national d’art moderne — Centre Pompidou.

Quai des charbonnages (Atlas du gobelet)





Lundi 20 mai 2024, 17h43, quai des Charbonnages, place Sainctelette Bruxelles. L’attention portée à ces carreaux de ciments qui retiennent un petit gobelet noir ne vient pas du terrible chantier qu’ils connaissent aujourd’hui, mais du gobelet orange, agité alors par le vent dans le soleil, le 15 février 2019 à 12h20 : http://jlggb.net/blog6/2019/02/15/atlas-du-gobelet-molenbeek/

Amaryllis autochrome


Samedi 18 mai, 18h40, musée départemental Albert Kahn, Boulogne-Billancourt. Dans l’exposition « Natures Vivantes. Images et imaginaires des jardins d’Albert Kahn », Amaryllis en fleurs dans un pot de faïence, à l’intérieur d’une maison du village japonais, Georges Chevalier, juillet 1931. Cette photographie est présente aussi sur le Portail Images du musée, numéro d’inventaire B1565, avec la précision : autochrome 9 x 12 cm, mais sans date. L’image accessible est très proche de notre reproduction de reproduction. Cependant, le passage par l’algorithme photo de l’iPhone intensifie l’effet autochrome.

Une suite peut-être


Lundi 15 avril 2024, 11h, Le Signe, Chaumont. L’épisode numéro deux de (digital) Soba Choko vient de se terminer (16 décembre 2023 — 14 avril 2024). La flèche communicante, emblème du Signe, annonce peut-être le troisième, début 2025, au Japon naturellement, à Iamas, Ogaki, Gifu. La porcelaine est de chez Keizan, Arita. Le premier atelier de modèle artisanal, visité en septembre 2013.

Le sucrier venu d’Athènes


Jeudi 11 avril 2024, 17h58, Paris. Depuis plusieurs années, un pot à lait de faïence fine, des années 60, de chez Johnson Bros, le grand, de 30 cl, vert clair, green dawn, de cette teinte douce obtenue en colorant la matière entière qui a donné la suite Dawn, attendait le sucrier de son duo. Ce sucrier s’est montré sur le site Etsy, très abordable, depuis Athènes. Commandé dans la soirée de mardi, il a été à l’agence DHL d’Athènes le 10 avril à 15h58, a embarqué à 20h56, est arrivé à Leipzig à 23h16, est reparti le jeudi 11 avril à 3h49, est arrivé à Paris à 6h19, a rejoint DHL Orly à 8h27, est parti en livraison à 9h39. À 15h24, un message a indiqué qu’il était « à votre disposition à La Machinerie, Relais colis C3140, 10 avenue Parmentier ». Là il a fallu parler un moment, montrer une carte d’identité pour que son colis soit emporté à pied en remontant le boulevard Voltaire vers La Nation.

Rue Toupot de Béveaux (Atlas du gobelet)





Samedi 23 mars, 18h04, rue Toupot de Béveaux, Chaumont, Haute-Marne. Les métadonnées de la situation renvoient à Toupot de Béveaux — un nom qui est d’abord aujourd’hui celui d’une rue, de certaines adresses connues par des gens —, et à La Mie câline — une marque de franchises de viennoiseries et sandwichs précuits surgelés. Mais les données véritables, les circonstances dont les photos sont les témoins, sont autrement subtiles et discrètes.