janvier 2024

Vous consultez actuellement les archives mensuelles pour janvier 2024.



Mardi 30 janvier 2024, 18h, Paris. La façon dont Liliane a proposé son photo-copieur portable ouvert, éclairé à la verticale, a donné des estampes uniques dont nous avons ici un bel exemple. En 1984, à Saint-Laurent en Royans, dans la Drôme, Émile et Étienne assemblent leurs mains droite et gauche, puis Jean-Louis place sa main droite et Étienne ajoute la sienne.

Mots clés : , , ,




Lundi 15 janvier, 13h, boulevard Voltaire, Paris, 11e et samedi 27 janvier, 17h, square Louvois, Paris, 2e. Il a été énoncé qu’un fruit, une plante, une branche, pouvaient être désignés comme objets. Mais il a été dit en même temps que c’était le plus souvent car il avaient été cueillis, coupés et donc globalement tués. En tant qu’entités ayant eu une vie biologique, ces choses sont à même de connaître une vie d’objet, comme notre collection la montre, pas seulement parce qu’elles contiennent, émettent et reçoivent une collectivité d’êtres vivants, mais pour leurs transformation et peut-être d’abord pour la vivacité des relations qu’elles exercent. La « seconde vie » que pointe l’affiche est la transformation biologique par compost, mais la première est-elle d’avoir poussé ou bien d’avoir été transportée et achetée pour faire « sapin de Noël » ?

Mots clés : ,





Samedi 20 janvier 2024, 15h50, Centre photographique d’Île de France, Pontault-Combault. La procédure aidée se confirme ici sous l’autorité de Victor Burgin ; et sous un beau soleil hivernal.

Mots clés : , , ,



Vendredi 19 janvier 2024, 15h, galerie 389, Paris, 20e. Ces deux peintures de choses délaissées se détachent pour apparaître ici, signées EB.

Mots clés :



Jeudi 18 janvier 17h30, Bourse de commerce, Paris. Edith Dekyndt s’intéresse à la frontière entre l’objet et l’objet d’art, qui « est à la fois fine et essentielle ». Si on parle de « donner une seconde vie aux choses » c’est que que les matières ont une vie, une « vie lente », comme on dit still life en anglais, et non « nature morte ». Considérer « l’origine des choses » — le titre de la proposition qui occupe les 24 vitrines du couloir entourant le bâtiment — c’est montrer leur fabrication, leur transformation, c’est témoigner de leur histoire, de leur commerce, sous l’immense fresque coloniale et à l’intérieur des vitrines qui sont précisément apparues avec l’afflux de marchandises. Près de Sao Paulo, une serviette à carreaux, tendue sur un châssis, a été détissée horizontalement et les fils retirés ont été lessivés en boule.

Mots clés : , ,

Mike Kelley


Jeudi 18 janvier 2024, 17h, Bourse de commerce, Paris. Mike Kelley, Double Contour with Side Bars, 2000, détail, Pinault Collection. On parle de la tentative de construire une vaste maquette des lieux où il a reçu une éducation, de la banlieue de Détroit au California Institute of the Arts. Parmi ses bâtiments blancs, des manques apparaissent, qui sont des souvenirs refoulés. Une colline de fragments est ou bien une réserve de matériaux, ou bien les ruines d’un traumatisme.

Mots clés : ,


Dimanche 14 janvier 2024, 12h, Paris. Un tout petit gobelet tronconique en carton, jetable, est protégé dans une boite cylindrique en matière plastique, pour venir de Kyoto.

Mots clés : , ,


Jeudi 11 janvier 2024, 17h 39 et 17h 52, 6e étage, Centre Pompidou, Paris. Exposition « Picasso. Dessiner à l’infini ». Pablo Picasso, points et lignes, eaux-fortes, ouvrage d’Honoré de Balzac, Le Chef-d’œuvre inconnu, Paris, Ambroise Vollard, 1931. Vue de l’altitude 36 m, dans la direction magnétique 241,91° à 17:52:40, focale 15,66, équivalent : 120 mm en 35 mm. Instagram : JEUDI SOIR.

Mots clés : , ,



Jeudi 11 janvier 2024, 17h, Centre Pompidou, Paris. Pablo Picasso, Françoise au bandeau, Paris, 5 juillet 1946, crayon graphite sur papier. Portrait de Françoise, Paris, 20 mai 1946, crayon graphite, crayon trois couleurs et fusain sur papier. Françoise au bandeau, Paris, 5 juillet 1946, crayon graphite, estompage et gommage sur papier. Musée national Picasso-Paris. Dation Pablo Picasso, 1979. Le portrait central est sur l’affiche de l’exposition « Picasso. Dessiner à l’infini ». Alors que le modèle du Minotaure porte désormais une critique de Picasso, Françoise Gilot, qui s’est éteinte le 6 juin 2023, est célébrée comme peintre, comme femme libre. Sous le titre « Variations autour du portrait », il est écrit au mur : « La réunion de la face et du profil s’impose comme le problème central qu’affrontent les portraits de Dora Maar. Après-guerre, ceux de Françoise Gilot, au contraire, adoptent la vue frontale. À force de déclinaisons, le visage se transforme en motif, l’identité du modèle s’estompe derrière l’archétype. En contrechamp de ces portraits, les mémoires de Françoise Gilot, comme avant eux, ceux de Fernande Olivier, font entendre la voix du modèle. » Une telle analyse est utile. Une remarque cependant. Un tableau qui fait appel à un modèle n’est pas nécessairement un portrait et ce sont bien ici des portraits. S’ils tendent à devenir des motifs, ils peuvent conserver la motivation qui les a fait exister. Un motif est à même d’éviter le stéréotype, d’atteindre l’efficience d’un signe ouvert. On préfère singularité à identité. Françoise a la joue gauche marquée d’un point dont il a été dit qu’il serait la marque d’une brûlure de cigarette infligée par Picasso. Il est vrai que c’est Vivre avec Picasso qui nous l’apprend, et qui charge le punctum de faire vivre le motif, qui n’attendait que ça. On voudrait en savoir plus sur le bandeau.
//
Les photos de Françoise Gilot, qu’on connaît bien, dont celles de Robert Doisneau, montrent un grain de beauté.

Françoise au bandeau, Paris, 5 juillet 1946, crayon graphite sur papier, détail.

Mots clés : , ,



Vendredi 5 janvier 2014, 14h, Musée d’Orsay, Paris. L’exposition dédiée aux dernières peintures de Van Gogh donne aussi à le lire : « Ce qui me passionne le plus, beaucoup beaucoup davantage que tout le reste dans mon métier – c’est le portrait, le portrait moderne. Je le cherche par la couleur. » À Willemien, Jeudi 5 Juin 1890. Peindre les gens est « la seule chose en peinture qui m’émeut le plus profondément et me fait ressentir l’infini, plus que toute autre chose ». L’ambition de Van Gogh est d’atteindre chez ses modèles « cet éternel indéfinissable, dont le nimbe était le symbole et que nous essayons d’atteindre par l’éclat lui-même, par la vibration de nos couleurs ». Exalter leur caractère par la couleur, donner à ses toiles l’expressivité des passions qui les habitent, voilà ce qui constitue « le portrait moderne ». Mais à Auvers comme auparavant, il peine à trouver des modèles, sinon dans son entourage immédiat : Gachet, sa fille Marguerite, la fille de son aubergiste, Adeline Ravoux, des enfants, deux jeunes femmes non identifiées. Il déploie dans ces portraits des expérimentations plastiques parfois étonnantes, par le format carré, les fonds tramés, des jeux de couleur ton sur ton, un dessin simplifié à l’extrême. [Peinture légèrement recadrée, cartels du Musée]

Mots clés :

‹ Articles plus anciens