Mardi 19 mars 2019, 13h30, près du métro Avron, boulevard de Charonne, Paris 11e, sur un banc pour manger au soleil un sandwich.

Mots clés : , , ,


Samedi 16 mars 2019, 17h, Quai de Valmy, Paris, 11e. Alors que l’immense défilé de « La marche du siècle » diffuse depuis la Place de la République, un repère de l’« Atlas du gobelet » s’expose, peut-être symboliquement. Pour quel symbole ?

Mots clés : , ,



Samedi 16 mars 2019, 15h, Musée Picasso. Exposition Calder-Picasso ; Alexander Calder, 1967, Pink Elephant with Pink People, encre et gouache sur papier. En 1967, à Grenoble, nous vendions une affiche « pour le Vietnam » de Calder, d’un style semblable mais triste, qui fut reprise pour la pièce d’Armand Gatti, V comme Vietnam.

Mots clés : , , ,




Samedi 16 mars 2019, 14h-15h, Musée Picasso, Paris. Exposition Calder-Picasso ; Alexander Calder, Aztec Joséphine Baker, 1930, fil de fer ; Constellation, 1943, bois, fil de fer et peinture ; Red Lily Pads, 1956, tôle, fil de fer, tiges de métal et peinture.

Mots clés : ,


Samedi 9 mars 2019, 18h, rue des Marronniers, Paris 16e. Alors qu’une fête familiale cérémonielle nos amène là, par la ligne 9 et la station Muette, la plaque Rue des Marronniers nous évoque une lecture récente : c’est ici qu’a habité Claude Lévi-Strauss. L’enquête consiste d’abord à chercher des indices. Rien, alors, le terrain, c’est le Web. Madame Monique Lévi-Strauss vit au numéro 2, « dans un appartement où elle a vécu enfant puis, durant cinquante et un ans, avec le célèbre anthropologue, jusqu’à la mort de ce dernier » (Le Figaro). « C’est un vaste appartement bourgeois, au cinquième étage avec ascenseur, sis dans un groupe d’immeubles construits au début du siècle, en briques, légèrement en retrait de la rue.[…] En allant vivre rue des Marronniers, Claude Lévi-Strauss suit une règle classique de nombreuses tribus qu’il a étudiées : il est en résidence matrilocale [de la mère de l’épouse]. » (Emmanuelle Loyer, Lévi-Strauss, Flammarion). Il est dit que son bureau est à l’ouest, on voit sur une vidéo que la perspective depuis sa fenêtre indique qu’elle se trouve dans le coin coupé au-dessus de la porte d’entrée, etc. Un dialogue notoire s’affiche : « Il vous faut la diversité pour la comparaison qui amène à la généralisation ? — Je pense que la généralisation vient avant la comparaison et pas le contraire. Parce qu’alors sans cela, nous pratiquerions une méthode très étroitement inductive […], une expérience bien faite peut valoir une démonstration. »

Mots clés : , ,


Mercredi 6 mars 2019, 23h30. On apprend la disparition de Jean Starobinski. Je tends la main vers la bibliothèque et c’est Le Remède dans le mal qui s’impose. Lu et annoté, pour le chapitre consacré à Rousseau, l’année de sa parution, en 1989. Page 215, je retrouve : « Rousseau s’est défendu de prôner le pur et simple “retour à la nature”. […] Rousseau est convaincu qu’il faut chercher “dans l’art perfectionné la réparation des maux que l’art commencé fit à la nature” (Note : Fragments politiques, Œuvres complètes, La Pléiade, tome III, p. 479). »

Mots clés : , ,


Mercredi 6 mars 2019, 16h30, rue des Écoles, Paris 5e. Au sortir de la librairie Compagnie, le trottoir sous la pluie. Beaucoup, sur Instagram, publient ce sujet, une cartographie in situ, légendée de calligraphies de couleurs fluorescentes, dans laquelle on sent le plaisir de l’exercice. Alors, pourquoi ne pas s’appliquer au rendu en perspective ? Avec, en supplément, une plaque de signes, de caractères et de mots, cet autre classique de la compilation.

Mots clés : ,


Mercredi 6 mars 2019, 15h30, square Paul Painlevé, Paris 5e. L’« arbre aux feuilles » de cette année se présente devant La Sorbonne, par temps gris et humide. L’an dernier, c’était là : http://jlggb.net/blog6/2018/03/24/larbre-aux-feuilles/

Mots clés : , ,


Dimanche 3 mars 2019, 17h30, boulevard Voltaire, Paris, 11e. Chute de lait sur le trottoir de l’Alimentation générale. Nouveau tableau des lignes de plus grande pente.

Mots clés : , , ,


Jeudi 28 février 2019, 17h, Marseille, quai de la Tourette, Marseille. Longtemps, j’ai nommé mes photos faites à Marseille : « Marseille jamais que pour ça ». Pour qu’elles soient prises. Maintenant, être à Marseille me conduit obligatoirement à une vue de la mer.

Mots clés : ,

‹ Articles plus anciens