Dimanche 6 mai 2018, 22h, 93bis. Son trajet des Puces de Vanves s’achevait. Il cherchait, sans savoir vraiment quoi, certainement pas de la ficelle. Mais l’image de la pelote de Duchamp qu’il a en tête s’est accrochée à cette pelote ancienne mais intacte. Un euro, ça le décide. À bruit secret, 1916/1964, est un « ready-made aidé », une pelote de ficelle serrée entre deux plaques carrées de laiton jointes par quatre longs boulons et contenant un objet dont on entend la présence quand l’objet est secoué.

Mots clés : , ,


Lundi 23 avril 2018, 17h, Nice-Savoie. Nous habitions au 71 rue Châteauvert, à Valence. En face de la porte, la rue Christophe Colomb conduit à la place de la Paix. Chaque année, la vogue s’y tient avec quelques manèges, une loterie, un tir à la carabine. Pour les enfants, je n’ai pas dix ans, ce sont des carabines à fléchettes avec ventouses. Ça m’attire beaucoup, j’y vais seul, je gagne un lot, je choisis un petit vase en pensant l’offrir à ma mère. Et il vient de Saint Uze, dont j’ai appris la célébrité de la céramique de grès. Et il a son originalité, sa marbrure bleu vert clair sur bleu profond, ses trois anses, son globe de sept centimètres.

Mots clés : , ,



Mardi 10 avril 2018, 19h, 93bis. En juillet 1963, un voyage de jeunes, surtout en auto-stop, va de Valence, Drôme, jusqu’à Stockholm. Un pot de 4,5 cm de haut, de 4,5 cm de diamètre, est choisi pour sa façon d’associer simplicité, perfection et singularité. Pour marquer la rencontre avec le design scandinave qui est un motif de l’expédition. Sa base est gravée des mots THO, NITTSJÖ, SWEDEN. 55 années après, l’exploration du modèle soba choko, la tasse japonaise pour les nouilles de sarrasin, tronc de cône aux dimensions et proportions fixées, conduit à chercher des pots qui lui ressemblent. Le mot Nittsjö, le nom de la poterie de Rättvik, au nord de la suède (Google maps), fait rencontrer sur le site international de vente d’objets, Etsy, un gobelet vintage — années 60 — dont la texture de l’émail brun rouge ressemble à celle du pot vert et marron. Quatre jours plus tard, un charmant petit carton est livré, expédié par Vēsma Vanaga, depuis Liepāja, en Lettonie (Google maps). La similitude avec les 6 cm/6 cm/8 cm du soba choko se confirme. La base sans glaçure est très plaisante, aux yeux comme aux doigts. Pas de signature. THO, c’est Thomas Hellström, 1924-2006, un maître céramiste reconnu. Son nom incite à une autre commande : ce sera un pot très proche, avec une anse et un bec verseur. Celui-ci se révèle signé. Le soba choko en grès suédois est bien un « frère » du tout petit pot de 1963.

Mots clés : ,


Dimanche 18 mars 2018, 19h, 93bis. Il y a une semaine, au marché aux puces de Montreuil, ces cinq meubles miniatures ont été séparés d’autres, un fauteuil, une commode, une table basse, etc. Leur référence — le repas familial — , leur style — la modernité de l’après-guerre —, leur simplicité — les pieds sont des clous —, racontent une histoire d’enfant dont le père s’est amusé lui-même à fabriquer des jouets. Dimensions de la scène : 17 x 17 cm.

Mots clés : ,


Dimanche 11 mars 2018, 21h. Un récipient pour boire fabriqué artisanalement à Tajimi, dans la préfecture de Gifu, Japon, dans sa glaçure rose craquelée et marquée de tout petits trous, traditionnelle. Il explique sa forme au manipulateur, manieur, buveur. Il est ce soir dans une main marquée par onze heures de suite d’apprentissage du tournage en poterie. Apprendre en prenant, se former à la forme. Billets « Se former » et « Apprendre ».

Mots clés : , , ,


Mardi 20 février 2018, midi, Nice-Savoie. Dans un groupe de belles, bien choisies, une plus mûre. Quand elle est saisie, son dessous apparaît : moisi. Beau moisi. Une autre destinée.

Mots clés : , ,

Se briser (Ch. 63)



Lundi 25 décembre 2017, 22h, 93bis. Ce matin vers 2h, six flûtes de cristal dessinées par Achille Castiglioni — qui ne sont plus produites à ce jour —, ont été lavées et essuyées. Elles avaient servi un champagne de réveillon. Vers midi, alors qu’on les rangeait, l’une d’elles est tombée de haut sur le carrelage. Une mission de plus d’une heure a permis d’en rassembler tous les morceaux, sauf de nombreux invisibles.

Mots clés : , ,


Lundi 6 novembre 2017, 23h. La petite région du Royans est, dit-on, au pied du Vercors, massif qui la nourrit de l’énergie de l’eau et de la substance du bois. Le coquetier en buis arrive en nos mains peu avant 1950 à Saint-Laurent en Royans. Il a été fabriqué dans une manufacture de tournerie d’ustensiles et outils en bois de Sainte-Eulalie en Royans. Il montre comment un objet peut tenir l’entièreté de sa forme d’une révolution — mouvement autour d’un axe dont le point de retour coïncide avec le point de départ (dictionnaire CNRTL) — et donner accès à l’image simple d’un modèle mathématique constructif.

Saisir (Ch. 61)


Dimanche 15 octobre 2017, 18h18, quai de Jemmapes, Paris, 10e. Sur fond de reflets qui rappellent où elle est, irradiante, engageante, opérante, elle est comme une poignée non articulée à être saisie pour pousser la porte, l’ouvrir et aussi la tirer, la fermer. Aujourd’hui dimanche la serrure, en dessous, est fermée.

Mots clés : , ,


Vendredi 22 septembre 207, 18h, rue des Coutures Saint-Gervais, Paris, 3e. La planche, de deux mètres sur un mètre, est en médium de 40 mm. Elle est contre le mur qui est du XVIIe siècle. À la tombée du jour, elle vient d’être abandonnée, mais sa présence lumineuse s’affirme dans l’évidence d’un équilibre. Et aussi : rétorsion minimaliste contre le musée Picasso.

Mots clés : , , ,


Lundi 14 août 2017, 19h. Douçâtres, inexpressifs, on les dits « à la gomme ». Pourtant, ces gros cubes de guimauve, élastiques, mous, onctueux, ne font qu’une bouchée et s’avalent les uns à la suite des autres.


Mercredi 2 août 2017, 17h, DES ARCHIVES / 50 ANS. Une place pour un fin crayon qui ne fut jamais occupée. Quelques mots écrits au stylo, qui désignent des actes, des personnes, des moments, pour quelques sujets particuliers comme pour l’histoire. Le jeudi 3 août 1967, dans la Cour d’honneur du Palais des papes, c’est la création, par les Ballets du XXe siècle de Maurice Béjart, de Messe pour le temps présent. Il n’y a pas de fin du spectacle, ni de salut : les danseurs et les acteurs s’immobilisent sur la scène et attendent que les spectateurs partent, ce qu’ils mettent plusieurs heures à faire. À minuit, c’est la première du film de Jean-Luc Godard, La Chinoise. Le 4 août, au Verger d’Urbain V, une présentation de presse de Godard, puis sa conférence devant un public nombreux. Béjart traverse l’endroit. Tout cela donne des photographies :
Béjart, http://jlggb.net/blog3/?p=875; http://jlggb.net/blog5/?p=2275
Godard, http://jlggb.net/blog2/?p=6783

Mots clés : , , , , , ,


31 juillet 2017, 22h, boulevard Philippe-Auguste, Paris 11e. Le calendrier veut ça : déménagements intensifs, objets abandonnés sur les trottoirs. La brochure L’Ingénieur chimiste, « Jouet scientifique », par le Dr W. Fröhlich, produite en France en 1965 sous licence de Kosmos, Franckh’sche Verlagshandlung Stuttgart, accompagne une mallette de 49 références, instruments et produits. Chacun de 100 ml, en verre Pyrex, le ballon et le becher s’attendent à l’exercice de chocs violents, chimiques et thermiques, qu’ils semblent ne pas avoir déjà connus.

Mots clés : , ,


Samedi 8 juillet 2017, 10h, à la rencontre de la rue Censier et de la rue Monge, Paris, 5e. Le jeune arbre n’a pas pris, il a été coupé, une grille se trouve seule et devient l’objet. Intervention magistrale, la grille en fonte solidarise les normes haussmanniennes des immeubles et de leurs rues aux alignements d’arbres. À l’autre extrémité de la chaîne des solutions qui permettent à la fois la vie de l’arbre et la circulation, on a maintenant, dans le carré de terre de l’arbre, des fleurs et des herbes attachées à un « permis de végétaliser ». Avec le risque que les plants les plus séduisants soient volés. D’un côté des grilles arrachées et brisées sont des projectiles de combats de rue de la révolution, de l’autre un assemblage de demi-rondins installe un « ranch » de la végétalisation (post guerrilla gardening).
Référence universitaire : Patricia Pellegrini, « Pieds d’arbre, trottoirs et piétons : vers une combinaison durable ? », Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 3, n° 2 | Juillet 2012, mis en ligne le 5 octobre 2012, consulté le 8 Juillet 2017 http://developpementdurable.revues.org/9329

Mots clés : , , , , ,


Jeudi 15 juin 2017, 21h, Paris. Il a acheté ce livre rue de Buci, à la Librairie du Globe, en 1969, à son arrivée à Paris. Il ne sait pas qu’il va connaître, de près et pour longtemps, Claude Frioux, à partir de la faculté de Vincennes. Aujourd’hui, à l’université de Saint-Denis, il a assisté à une série de déclarations en hommage à Claude Frioux qui a disparu cette année le 17 avril. Maiakovski par lui-même a été publié en 1961, son auteur avait alors 29 ans, c’était 31 ans après la mort du poète dont « la vie est définitivement inscrite dans le passé » (p. 19), c’était il y a 56 ans.

Mots clés : , ,



Mercredi 10 mai 2017, 19h, Nice. Sur la plage de galets bleus de la Baie des anges, on se situe sur ces points que l’on choisit peut-être pour s’assurer du souvenir : « Voyez cette chose unique ; j’étais là ». Pourtant la mer n’apporte plus de galets, les emporte plutôt, les couvre de sable. Ils venaient des fleuves Var et Paillon, mais les constructions de la côte les ont arrêtés. Alors ils sont depuis quarante ans apportés par camions à raison de 20 000 m3 par an au moins.

Mots clés : , ,

‹ Articles plus anciens