janvier 2008

Vous consultez actuellement les archives mensuelles pour janvier 2008.

« Ce que je me rappelle bien distinctement dans cette occasion, c’est qu’arrivant à Vincennes, j’étais dans une agitation qui tenait du délire. Diderot l’aperçut ; je lui en dis la cause, et je lui lus la prosopopée de Fabricius, écrite en crayon sous un chêne. Il m’exhorta de donner l’essor à mes idées, et de concourir au prix. Je le fis, et dès cet instant je fus perdu. Tout le reste de ma vie et de mes malheurs fut l’effet inévitable de cet instant d’égarement. Mes sentiments se montèrent, avec la plus inconcevable rapidité, au ton de mes idées. Toutes mes petites passions furent étouffées par l’enthousiasme de la vérité, de la liberté, de la vertu ; et ce qu’il y a de plus étonnant est que cette effervescence se soutint dans mon coeur, durant plus de quatre ou cinq ans, à un aussi haut degré peut-être qu’elle ait jamais été dans le cœur d’aucun autre homme. » (Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, livre huitième)

En octobre 1749, Rousseau rend visite à Diderot enfermé au donjon de Vincennes. Selon la version de Rousseau, c’est Diderot qui l’incite à concourir au prix de morale de l’Académie de Dijon : « Si le progrès des sciences et des arts a contribué à corrompre ou à épurer les mœurs ». Après sa brouille avec Diderot, il sera dit que c’est Diderot qui lui aurait suggéré de prendre le contre-pied des idées reçues, fournissant ainsi le paradoxe sur lequel se fonderait la philosophie de Rousseau.

bois_27ans_1024.jpg
À l’emplacement approximatif de l’Université Paris 8, route de la Tourelle, bois de Vincennes, Paris 12e, lundi 28 janvier 2008, 13 h.
Lire la suite »

Mots clés : , , , , , , ,

 jjr_pantheon.jpg
Place du Panthéon, lundi 21 janvier 2008, 16 h.

Dans la perspective de 2012, il est question de poursuivre les « suppléments au monuments ». De The American Monument de Lee Friedlander, il faut retenir la façon d’enregistrer contexte et circonstances dont le monument (ce qui entretient la mémoire) ne serait que le prétexte. Non loin de l’Hôtel des Grands Hommes, la statue du Panthéon (en pierre, remplaçant celle de bronze enlevée pendant la guerre) était passée inaperçue pendant toutes les années de recherche des monuments à Rousseau.

americanmonument_min.jpg
Lee Friedlander, The American Monument, Eakins Press, New York, 1976

Mots clés : , , , , , , ,

Mardi 22 janvier 2008 vers 19h30, le voisin du dessous peint un dixième tableau.

nilbog.jpg

Mots clés : , , , ,

bernascon_vue.jpgisaline_vue.jpg
Samedi 19 janvier 2008, 12h20. L’Hôtel Bernascon vu depuis le 11 rue Isaline, 2e étage.

Mots clés : , , ,

paillasse.jpgcarrelage.jpg
Porte isoplane vernie acajou, carreaux de faïence blancs 15 x 15, carrelage de grès cérame 10 x 10 dans le placard et au sol, au Nice Savoie, samedi 19 janvier 2008 à midi.

Mots clés : ,

Le vendredi 14 décembre 2007 à Tokyo, peu après 18 heures, non loin du Musée d’art contemporain (exposition « Space for your Future »), dans le quartier Miyoshi du district de Koto-ku, en direction de la station Kiyosumishirakawa, cette bouture de plante grasse crassula (ovata) a été prélevée juste à l’angle d’une maison (un comptoir-restaurant où des boulettes ont été achetées), dans une ruelle sombre. Transportée vers Paris par le vol Air France du samedi 15, elle a été mise dans un verre environ 32 heures après. Le 15 janvier 2008, elle est dans cet état là :

crassula_tokyo_2007.jpg
tokyo_crassula.jpg
Coordonnées approximatives du prélèvement : 35°40’55″N, 139°48’18″E.
Emplacement probable.

Voir la suite 11 septembre 2008 et juillet-août 2011 : http://jlggb.net/blog2/?p=6720.

Mots clés : , , , , , , , ,

‹ Articles plus anciens