décembre 2008

Vous consultez actuellement les archives mensuelles pour décembre 2008.


Enzo Mari, L’arte del design, exposition à la GAM, Turin, 24 décembre 2008.

Il reste beaucoup de matière pour des notices à propos d’Enzo Mari et de l’exposition de Turin. On pourrait faire des blogs simplement en reproduisant des visites d’expositions (ou des projections de films, des lectures de livres et de magazines, des séances de surf sur le web, etc.). Alors pourquoi ne pas reprendre le panneau d’entrée ?


Enzo Mari, In attesa [en attente], corbeille à papiers, Danese, 1970. Turin, 24 décembre 2008, 12h24.

Là, c’est la corbeille à papiers en plastique, cylindrique, blanche, la seule au monde à s’incliner pour aider un peu à ne pas la rater lorsqu’on lance un papier froissé. Ironie du designer sur le design — et sur le monde des bureaux. On pense aussi à Rousseau qui mesure son destin en lançant des cailloux contre un tronc — et qui aide sa chance en s’approchant.

Mots clés : ,

Hôtel HI, Nice : « pas de thématiques décoratives […] une structure pour accueillir de micros-événements […] » (sic).




Décembre 2008, soir, matin.

Mots clés : ,

Donald Judd. La couleur plus que la forme. Espace d’art concret, Mouans-Sartoux, vendredi 26 décembre 2008 vers 14h.



Donald Judd, Bank, 1982; Chair, 1984.

Mots clés : , ,

art concret
Déclaration inscrite dans l’escalier de l’Espace d’art concret, Mouans-Sartoux, vendredi 26 décembre 2008 vers 14h.

Voir Max Bill, Richard Paul Lohse (Zürich, 34 juillet 2009).

Mots clés : ,


À la Galleria Civica d’Arte Moderna e Contemporanea (GAM), via Magenta, 31, Turin, un escalier double en marbre avec garde-corps en verre et aluminium, sous une lumière fluorescente mêlée à la lumière du jour. Construit en 1959, restauré en 1993. Mercredi 24 décembre 2008, vers midi.

Mots clés : , ,

En 1993, Enzo Mari dessine un Wunderkammer, une vitrine en bois mélaminé, aluminium et verre trempé, éditée par Zanotta (elle existe ou existait en plusieurs dimensions). Une neutralité solide indépendante des « merveilles » qu’elle doit contenir, une allusion aux panneaux-vitrines d’entreprises, le gris, la référence didactique font de cet objet un dispositif « distanciateur » d’inspiration brechtienne.
Ici, dans l’exposition Enzo Mari de la Galerie d’art moderne de Turin, les objets proviennent du Wunderkammer d’Enzo Mari.



Mercredi 24 décembre 2008.

Mots clés : , , ,

‹ Articles plus anciens