mai 2008

Vous consultez actuellement les archives mensuelles pour mai 2008.

grenoble_mai-1968
Non signé (J.-L.B. + B.D.), papier affiche blanc, 65 x 100, sérigraphie en 3 couleurs, Grenoble, Maison de la culture en grève et occupée par son personnel, fin mai 1968.

À la fin du mois de mai 1968, la position de graphiste-imprimeur à la Maison de la culture de Grenoble et la complicité d’un ami (Bernard D., aujourd’hui psychiatre militant) permettent de mettre en action le matériel de sérigraphie dont l’établissement vient de s’équiper sur la proposition de Jean-Louis B., scénographe et graphiste (la Maison de la culture de Grenoble a été inaugurée en janvier 1968 par André Malraux). Sont achetées, de la « soie » (taffetas de Tergal), des encres et de la gélatine photosensible. Deux maquettes sont conçues en utilisant le report photographique (technique rare à ce moment là, parce que réservée aux imprimeries professionnelles très spécialisées, dont par exemple l’Imprimerie Noblet à Grenoble, réputée précisément pour ses affiches en sérigraphie).

L’hebdomadaire L’Express vient de publier la photo remarquée — parce que comique et caricaturale — d’un cordon de CRS. On voit dans la ville, sur les panneaux d’affichage 320 x 240, l’affiche du parti gaulliste en forme de drapeau tricolore avec, en son centre et donc sur fond blanc, la photographie en noir et blanc d’une foule. L’affiche reproduite ici est destinée à venir en surcharge de cette très grande affiche : les bandes du drapeau sont horizontales, les policiers occupent le blanc, le bleu est exagérément bleu roi, le rouge très vif. L’affiche est tirée à deux en quelques dizaines d’exemplaires (par la même occasion, la technique de la sérigraphie est apprise, elle sera utilisée les années suivantes pour des cours à Vincennes) et quelques exemplaires seulement sont collés. Plus tard, en juillet, des Parisiens venus en « université d’été » d’un groupuscule sur le Campus de Saint-Martin d’Hères, vont reprendre la maquette mais en la dénaturant par des inscriptions ayant trait au 14 juillet (c’est cette affiche qui a été reproduite dans un l’ouvrage de Vasco Gasquet sur les affiches de 68, dans l’édition de 1978 comme dans celle de 2008).

mai_68_grenoble

Grenoble, le 9 mai 1968 (Photo trouvée sur Internet).

Mots clés : , , ,

lemondefr_moy_bl.gif

« Un rêve, deux facs »
Article paru dans l’édition du 30 Mai 2008
Mai 68 a donné naissance à deux universités, celle de Vincennes, devenue Saint-Denis, et Dauphine, à Paris. Quarante ans plus tard, l’une est la fac des plus pauvres, l’autre celle des plus riches

Incroyable mais vrai : la fac qui sélectionne ses étudiants, celle dont les diplômés peuplent les entreprises du CAC 40, est née en 1968. Dauphine, qui a accueilli ses premiers étudiants il y a quarante ans dans les quartiers chics du 16e arrondissement de Paris, est bien la sœur jumelle de Vincennes, déplacée en 1980 à Saint-Denis, enfant terrible du mouvement de Mai, dont on sait mieux à quel point elle bouscula les codes universitaires. Lire la suite »

Jeudi 29 mai 2008, Palais de Tokyo, vernissage de « Superdome » : installation de Fabien Giraud et Raphaël Siboni, Last manoeuvres in the dark.

last-manoeuvres-in-the-dark_0.jpg
last-manoeuvres-in-the-dark_1.jpg
last-manoeuvres-in-the-dark_2.jpg
sophie_f.jpg
Sophie S., qui a travaillé à l’installation.

Mots clés : , ,

webflashfestival_240508.jpg
« Web FlashFestival », grande salle du Centre Pompidou (25 auditeurs), samedi 24 mai 2008, 12h30 : Samuel B., Gwenola W.

Mots clés :

On le regarde ou on ne le regarde pas. Ça regarde l’événement dans sa durée. Ça fait partie des circonstances d’une bifurcation de l’existence, et pas tant que ça.

salle_67bis.jpg
Salle A-67bis, vendredi 23 mai 2008, 17h, au cours de la commission de recrutement (dite de spécialistes). Selon le principe « occupé-vertical » (voir les occupés de Shibuya).

inop_2008.jpg
Au 41 de la rue Gay-Lussac, Paris 5e. Une image, l’un des tout premiers souvenirs des premières heures de la première visite à Paris (une nuit dans le train), au printemps 1958, il y a 50 ans, et avant, à travers le nom entendu L’inope (INOP), le souvenir enfantin, lui aussi premier, d’une situation familiale mystérieuse dont Paris était le pôle lointain, attracteur et sournois. Depuis plus de dix ans maintenant, elle peut être saisie au passage chaque semaine, à quelques pas de l’école du 31 rue d’Ulm.

Un style : une certaine alliance de modernité ambigüe, « front populaire » et « collabo », d’entrelacs et de verticales, de bleu-noir et de doré. Ce caractère

(Cassandre, 1937), jamais perdu de vue depuis, pour son élégance trop française (l’attache du R par exemple), pour son abandon hors normes des bas-de-casse distinctes, pour la plupart, des capitales (pas visible ici), pour son écho au Palais de Chaillot dans les phrases de Valéry elles aussi en lettres d’or (datées de « Arts et Techniques dans la Vie moderne », l’exposition internationale de 1937. L’INETOP s’est installé rue Gay-Lussac en 1939).

peignot.jpg

Caractère Peignot (Cassandre pour Deberny & Peignot, Paris, 1937).

Le même soir, Chaillot justement, et le TNP : Ubu mis en scène par Jean Vilar, avec Georges Wilson et Rosy Varte. Là, c’est le caractère Chaillot, de Jacno (1951). Une référence personnelle, sans équivoque. De nouveau le catalogue Deberny et Peignot. Le collègue Félix Müller en a fait faire récemment une version numérique.

ubu_tnp_1958.jpg

Alfred Jarry, Ubu, texte de la pièce créée au TNP en mars 1958. Exemplaire personnel authentique.

‹ Articles plus anciens