mai 2009

Vous consultez actuellement les archives mensuelles pour mai 2009.

Tout près du Nice-Savoie, au nord-est pour l’un, au sud-ouest pour l’autre, il y a deux jardins intéressants. Le premier est devant une villa, il est tout en hauteur sur la clôture, il s’offre à contre-jour. On y voit des roses pâles à l’ancienne, du chèvrefeuille, des clématites, du polygonum, etc. Le second s’étend dans l’angle de deux rues, il est simplement plat et uniformément ensoleillé. Les fleurs s’y touchent toutes, des marguerites, des delphiniums, des œillets, etc. Un philosophe y verrait les figures du transcendantal et de l’immanent…

roses-chevrefeuille
marguerites-delphiniums-oeillets
Aix-les-bains, dimanche 31 mai 2009, 10h30.

Mots clés : , , , ,

Il y avait La Leçon de la Sainte-Victoire, là c’est « La leçon de la Dent du Chat » : répétition et différence, permanence et nouveauté, etc. — ce qui, dans les catégories blog, donne : monument et arrive enfin. Ou encore « Skyline et polaroïd ». Billet facile. C’est bien simple, on pourrait se contenter de ça.

dent-du-chat-2009-05-30
Aix-les-Bains, vue de la Dent du Chat avant la pluie, samedi 30 mai 2009, 20h52.

Mots clés : , ,

Appel : les commentaires de ce billet restent ouverts pendant un temps (cliquer sur le titre « Identification d’une fleur » pour accéder à la case de commentaire), une aide à l’identification de la fleur — de la plante — photographiée ci-dessous est attendue (en attendant le système de reconnaissance des formes couplé à une flore universelle en base de données, qui arrive bientôt sans doute).

fleur-01
fleur-02
fleur-03
Vendredi 29 mai 2009, 18h30.

Elle a poussé dans un soupirail de la cave ou entre les pavés, dans une cour intérieure du 11e arrondissement de Paris, au pied d’une façade au nord qui ne voit jamais le soleil. Pour les photographies, un reflet de soleil dans des vitres a donné une jolie lumière en fin d’après-midi. Plusieurs tiges sont en train de sécher : c’est qu’une personne de l’immeuble, qui s’occupe un peu des diverses plantes de la cour, a voulu prélever la plante pour la mettre dans un pot.

Réponse (commentaire par FB le 1er juin 2009) :
Cette fleur modeste et raffinée se nomme Cymbalaria muralis ou Cymbalaire des murs, ou encore Ruine de Rome, de la famille des Linaires, cousine des Gueules de Loup. On la trouve couramment au pied des vieux murs à condition qu’ils soient faits de pierres calcaires (à confirmer). Originaire du sud de l’Europe et d’Asie mineure. Sources : Flore d’Europe occidentale, Éditions Arthaud.

Documentation :

tela Photographies de spécimens de cymbalaria muralis à : Épinouze (Drôme); Paris 20e; Paris 8e; Saint Denis, etc. et informations scientifiques sur le site Flore en ligne de Tela Botanica (Base de Données Nomenclaturale de la Flore de France).


cymbalaria-muralis

Cymbalaria muralis, dessin, Institute of Botany of the Academy of Sciences of the Czech Republic.

Mots clés : , , ,

Vu en passant : le foyer de jeunes travailleurs (Résidence Eugène Napoléon), 105 Boulevard Diderot, Paris 12e, est en cours de rénovation profonde par la Ville. Architecture (1963) intéressante : un bloc haut pour les chambres et un auvent moderne qui abrite les salles communes, (qu’on ne voyait pas de la rue avant l’ouverture du chantier). Dans le passage du Génie, tout près, il y a un foyer de travailleurs immigrés.

foyer-eugene-diderot
Jeudi 28 mai 2009, 15h.

Mots clés : , ,

Dans sa récente campagne de publicité (trois semaines, 41 chaînes) pour le lancement d’une gamme discount destinée à contrecarrer l’avancée du hard discount, la société Carrefour « positive » la crise. Voici ce que déclarent son site, ses affiches, ses spots :

Dans un contexte économique difficile, votre pouvoir d’achat est plus que jamais votre principale préoccupation. Mais vos besoins essentiels subsistent et vous cherchez en permanence les solutions pour y répondre au mieux.
C’est pourquoi aujourd’hui, nous lançons une offre sur mesure, une offre qui réponde à vos besoins essentiels tout en maîtrisant votre budget.
Pour vous, nous lançons la gamme Carrefour Discount.
Pour nous, vous êtes importants !
C’est pourquoi nous avons décidé de créer une campagne TV entièrement dédiée à nos clients.
Pour vous, nous baissons nos prix tout en gardant la garantie de qualité Carrefour.

carrefour-personnages
Lien vers le site Carrefour Discount (tant qu’il existe).

Images de clients, annoncés, dans une pré-campagne de teasing, comme VIP, c’est-à-dire « Very Important Pierrette », ou Pauline, Patrick, Pablo, les personnages des affiches sont aussi dans de spots télé. Ces scènes amusantes, humoristiques et gentiment populistes en deux volets, de 20 s puis de 8 s, commençent toutes par la déclaration solennelle : « Derrière cette grand marque discount, il y a des gens vraiment importants. » Les emballages des  produits, à fond blanc, sont d’un graphisme délibérément pauvre, ordinaire, dispersé. Les communiqués de Carrefour disent : « l’identité visuelle de la gamme Carrefour Discount a été pensée pour être simple, moderne et facile à repérer : le logo est facilement identifiable, le packaging des produits est blanc, sans artifice, avec une segmentation de couleurs très franche pour plus de lisibilité. » Les personnages aussi laissent du vide autour d’eux. Ils sont pâles, aimablement peu riches, bien décidés à continuer à consommer avec plaisir, mais pas trop.

carrefour
À l’angle de la rue de Montreuil et du boulevard Voltaire, mardi 26 mai 2009, vers 18h. Affichage sur un abribus. On le constate sur cette photo — pas spécialement étudiée —, la réalité de la rue est toujours plus compliquée, plus subtile, plus riche et plus difficile à lire que la publicité. Dans la moitié gauche, plutôt confuse, il y a 9 personnes (en n’oubliant pas le nourrisson). Dans la partie droite, claire, fade, le simple portrait d’une dame sympathique (on reconnaît vaguement une actrice), calme, modérément décidée à résister (les quatre personnages croisent les bras).

Marketing de crise. Même pas cynique. Au moins, on peut apprendre à quoi ressemblent les moyens-pauvres honnêtes.

pauline

Affiche dans le métro. 15 mai 2009. [Photo PK].

Mots clés : , , , ,

alain-resnais-prix

Dimanche 24 mai 2009, 19h59, Alain Resnais reçoit, au Festival de Cannes,
le Prix exceptionnel du jury pour Les Herbes folles et pour tous ses films.
Retransmission par Canal Plus.

alain-resnais-cannes
Alain Resnais (87 ans) sur la scène, demande que tous celles et ceux avec qui il a travaillé et qui sont dans la salle, se lèvent. Photo d’un écran de télévision.

Ce sont les 50 ans de Hiroshima mon amour (présenté hors sélection officielle à Cannes en 1959 pour ne pas froisser les Américains) et c’est le moment de la sortie de Tu n’as rien vu à Hiroshima, un beau livre centré sur les photos qu’Emmanuelle Riva a faites dans ses jours quelques jours de liberté qui ont précédé le tournage à Hiroshima en août 1958. On y voit des enfants, la vie qui a repris, la reconstruction, et une qualité relationnelle admirable de la photographe et actrice (qui, comme par hasard, utilisait un Ricohflex=Rolleiflex). Mais l’album est impressionnant aussi par les fac-similés de lettres, de coupures de journaux, de journaux et carnets de tournages (Sylvette Baudrot, scripte). Les textes, passionnants, de Dominique de Nogez, de Marie-Christine de Navacelle et de Chihiro Minato, sont des éléments qui offrent beaucoup de recoupements et permettent d’approcher un film dont Jean-Luc Godard dit, en juillet 1959, qu’il est « un film qu’on était dans l’impossibilité de prévoir par rapport à ce que l’on savait déjà du cinéma » (rapporté par Dominique Noguez, p.38).

hiroshima1

Le 28 juillet 1958, le cinéaste Alain Resnais partait au Japon tourner l’essentiel de ce qui allait devenir un film mythique de l’histoire du cinéma : Hiroshima mon amour.
C’est son premier long-métrage et le premier scénario de l’écrivain Marguerite Duras.
Le cinquantième anniversaire de ce tournage historique est l’occasion de proposer un regard nouveau sur ce film à travers des textes de Chihiro Minato, Marie-Christine de Navacelle, Dominique Noguez, et aussi d’un entretien avec Emmanuelle Riva. Un remarquable ensemble de photographies, qu’elle a prises avant le tournage, de la ville d’Hiroshima, de ses habitants et surtout de ses enfants, est présenté pour le première fois. Ces images exceptionnelles éclairent le film comme elles éclairent la résurrection, treize ans après le drame du 6 août 1945, de la première ville frappée par la bombe atomique.
À ces documents s’en ajoutent d’autres, tout aussi rares, des lettres d’Alain Resnais à Marguerite Duras, des photos du tournage, des pages du journal et des carnets de la scripte, Sylvette Baudrot.
(Texte de l’éditeur)

emmanuelle-riva
Photo par Sylvette Baudrot, conservée dans son journal  : Emmanuelle Riva à Tokyo, jeudi 27 août 1958. © Fonds Sylvette Baudrot, Cinémathèque française.

> À lire et à écouter, publié sur le site de la Bibliothèque du Film (BIFI), 51, rue de Bercy – 75012 Paris : un entretien avec Emmanuelle Riva et Sylvette Baudrot, 2009.

Emmanuelle Riva et Sylvette Baudrot racontent la genèse du film et le choix des acteurs :

riva-resnais-x-baudrot-1958
Emmanuelle Riva, Alain Resnais, Reiko (Leiko*) Toioda, Sylvette Baudrot, tournage de Hiroshima mon amour, 1958. © Fonds Sylvette Baudrot, Cinémathèque française. DR
* Les Français prononcent ainsi le prénom de la maquilleuse.

> À voir et écouter, un entretien avec Alain Resnais à propos du choix de Sylvette Baudrot comme scripte pour Hiroshima mon amour. Exposition virtuelle de la Bibliothèque du film : « Le métier de scripte, Paroles d’Alain Resnais, Hiroshima la rencontre ».

Coïncidences (ou plutôt intuitions du hasard, dirait Chris marker) et relations intéressantes :

Pour mémoire, mais cela est bien connu : Chris Marker cosigne avec Alain Resnais le film Les Statues meurent aussi, 1953. Il contribue aussi à Nuit et brouillard, 1955.

resnais-marker-300
Alain Resnais et Chris Marker en 1954. DR

Le graphiste du livre est Néjib Belhadj Kacem, qu’on a eu comme étudiant en design graphique et multimédia à l’Ensad.

L’un des auteurs du livre, Chihiro Minato, qui est à l’origine de l’exposition, fin 2008 à Hiroshima et à Tokyo, des photographies d’Emmanuelle Riva et qui en a fait un commentaire à partir de son enquête sur place, est une relation de longue date, professeur à la Tama Art University de Tokyo (Tamabi). Il vient de publier, pour les 10 ans de l’Information Design Department, un joli livre intitulé Universe of Interaction (en japonais, Tokyo, 2008), avec une traduction de « La perspective interactive ».

minato-tamabi 創世記から情報空間へ /

Mots clés : , , , ,

‹ Articles plus anciens