Enzo Mari

Vous consultez actuellement les articles indexés Enzo Mari.

mmts_annecy_31
mmts_annecy_1b
Annecy, Musée-Château, salle « L’Escale », depuis le 15 novembre 2008, J.-L.B., Moments de Jean-Jacques Rousseau, installation vidéo-interactive, 2000, nouvelle version, 2008, collection Musée-Château, inventaire : 2006.0.3; table d’après Enzo Mari, Autoprogettazione, dessins, 1974; Enzo Mari, Mariolina, chaises, Magis, 2002; Naoto Fukasawa, Itis, lampe, Artemide, 2007; Jonathan Ives, designer, Apple MacMini, ordinateur, 2005 et Wireless Mighty Mouse, souris, 2005; Jean-Jacques Rousseau, Œuvres complètes, tome 1, La Pléiade; Jean-Jacques Rousseau, Émile, Folio; Camille Roqueplan, Jean-Jacques Rousseau cueillant des cerises, aquarelle, 1836. Commissaire : Juliette S.

Photos prises le 20 mars 2009, 15h30-17h00.

Voir aussi le billet « L’idylle des cerises » dans Le blog d’avant le blog, 14 juin 2002.

Mots clés : , , ,


jeudi 1er janvier 2009, minuit, rue Isaline, Aix-les-Bains. Solidement vissés au mur du vestibule — peint dans la soirée du 31 décembre —, deux beaux porte-manteaux Museo, dessinés par Enzo Mari, 1991, achetés à Turin en juin 2008.

Mots clés :



Mercredi 24 décembre 2008, 12h — 14h, musée GAM [Galleria d’Arte Moderna e Contemporanea], Turin. Exposition Enzo Mari, L’arte del design. Enzo Mari, Modulo 856, construction en bois laminé de blanc, miroir, 1967. De cette pièce, critique à l’égard des grandes expositions collectives où les visiteurs n’ont pas la possibilité de juger, Enzo Mari dit : « il visitatore scopre inaspettamente la propria immagine, attonita, riflessa da uno specchio. L’idea è che possa domandarsi perché è lì… » [Le visiteur, étonné, découvre de façon inattendue sa propre image reflétée dans un miroir. L’idée est qu’il puisse se demander pourquoi il est là…]. Catalogue Enzo Mari, L’arte del design, Federico Motta Editore, Milan, 2008, p. 145.

Davide Boriani, Chiggio, Gianni Colombo, Gabriele de Vecchi, Enzo Mari, Manfredo Massironi,
Percorso a passaggi programmati
, 1968,
théâtre mobile de la maison de la culture de Grenoble,
exposition Cinétisme-Spectacle-Environnement.

Le travail sur l’exposition de Grenoble en 1968 fut l’occasion d’une rencontre avec Enzo Mari et d’autres artistes italiens réunis pour cette œuvre collective. Le commissaire de l’exposition, Frank Popper, écrit dans son ouvrage Art, Action et Participation (Klincksieck, 1980, réédition en 2008) : « Quand Modulo 856 fut installé pour la première fois dans la rue à l’occasion de la sixième biennale de San Marino, le spectateur n’était pas seulement confronté à cet objet mais à un questionnaire sur la nature de l’objet, sur sa signification et sur son appréciation. » [traduction à partir de l’édition anglaise]. Voir aussi l’article de Birgit Lohmann, Designboom.

Enzo Mari
© designboom

Mots clés : , ,



Mercredi 24 décembre 2008, 12h — 14h, musée GAM, Turin. Exposition Enzo Mari, L’arte del design. En 1993, Enzo Mari dessine un Wunderkammer, une vitrine en bois mélaminé, aluminium et verre trempé, éditée par Zanotta, elle existe ou existait en plusieurs dimensions. Une neutralité solide indépendante des « merveilles » qu’elle doit contenir, une allusion aux panneaux-vitrines d’entreprises, le gris, la référence didactique font de cet objet un dispositif « distanciateur » d’inspiration brechtienne. Les objets proviennent du Wunderkammer personnel d’Enzo Mari.

Mots clés : , , ,



Mercredi 24 décembre 2008, 12h — 14h, musée GAM [Galleria d’Arte Moderna e Contemporanea], Turin. Exposition Enzo Mari, L’arte del design.
— Enzo Mari, L’arte del design, exposition à la GAM, Turin. Il reste beaucoup de matière pour des notices à propos d’Enzo Mari et de l’exposition de Turin. On pourrait faire des blogs simplement en reproduisant des visites d’expositions (ou des projections de films, des lectures de livres et de magazines, des séances de surf sur le web, etc.). Alors pourquoi ne pas reprendre le panneau d’entrée ?
— Enzo Mari, In attesa [en attente], corbeille à papiers, Danese, 1970. Là, c’est la corbeille à papiers en plastique, cylindrique, blanche, la seule au monde à s’incliner pour aider un peu à ne pas la rater lorsqu’on lance un papier froissé. Ironie du designer sur le design — et sur le monde des bureaux. On pense aussi à Rousseau qui mesure son destin en lançant des cailloux contre un tronc — et qui aide sa chance en s’approchant.

Mots clés : , ,

Takayama, mardi 22 avril 2008, usine Hida, ligne de meubles en bois de sugi (Cryptomeria Japonica) dessinée par Enzo Mari.

hida_mari_04.jpg
hida_mari_02.jpg
hida_mari_03.jpg
hida_mari_01.jpg
hida_mari_00.jpg

http://www.em-hida.jp/
http://www.em-hida.jp/en/hida_en2008.html

VENTE EN LIGNE
http://shop.yumetenpo.jp/goods/d/em-hida-shop.jp/g/EM202/index.shtml
MILAN
http://www.designboom.com/snapshots/milano05/mari.html
PRESSE
http://www.japaninc.com/mgz_mar-apr_2008_knotted-beauty
BLOG
http://lestudioblog.blogspot.com/2008/03/la-rgion-hida-takayama-au-centre-du.html

products_chairlogo.jpg

Mots clés : , ,