cerises

Vous consultez actuellement les articles indexés cerises.

tour-jardin
tour
Aix-les-Bains, Tour de Saint-Simond, dimanche 14 juin 2009, 10h30.

Le site du patrimoine d’Aix-les-Bains donne ces indications historiques :
La tour fut probablement construite au début du XIXe siècle. Elle servait de belvédère, sa hauteur permettant d’apercevoir le lac. Dès 1830, elle est mentionnée dans les guides touristiques sous l’appellation de Tour de Monsieur Eustache. Il était possible de la visiter et de monter à son sommet. Cependant, en 1872, le docteur Forestier signale qu’elle n’est plus accessible. Lors du démembrement de la propriété, en 1893, la tour fut vendue avec la maison de maître et son jardin. Elle devint villa de villégiature au XXe siècle. En 1940, l’architecte aixois, Pierre Guilland, ajouta un pavillon.

Il est à noter que l’emplacement de la tour est particulièrement bon pour saisir le site d’Aix-les-bains dans son ensemble : c’est une partie élevée et centrale d’où l’on voit la vallée d’Aix vers le nord et vers le sud, vers l’ouest le lac et la montagne de la Dent du Chat, vers l’est le Mont Revard mais aussi le paysage vallonné qui est en dessous.

Remarque historique : la rotonde de la Tour de Monsieur Eustache est très proche, par sa structure et par sa technique de construction, des kiosques qui lui sont contemporains, mais aussi des panoramas de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle. Il faut rappeler l’engouement de cette époque pour les panoramas de toiles peintes et le grand nombre des constructions qui l’on accompagné, aujourd’hui disparues pour la plupart. On a ici un belvédère-panorama.

Remarque littéraire : les cerisiers proches ne sont peut-être pas là par hasard. Y aurait-il une relation entre belvédère et cerises ? Oui, chez Rousseau. L’Idylle des cerises consiste à trouver un observatoire surplombant. D’accord, Rousseau n’aime pas les vues d’ensemble, il est myope. Il n’empêche : le duo de cerises jeté est (entre autres) une figure du regard lancé. Voir : « 14.06.2002 : L’idylle de Thônes (une histoire d’échelle et de cerises) », billet du « Blog d’avant le blog » en date du 14 juin 2002, il y a très exactement 7 ans.

rousseau-cerises

Camille Roqueplan, Rousseau cueillant des cerises, 1836,
aquarelle, Musée-Château d’Annecy, détail.

Mots clés : , , , , ,

cerises_porcelaine.JPG
Essai de la macro-photographie sur le Ricoh GX100 et du format carré que permet cet appareil. Cerises achetées au marché d’Aligre (dimanche 8 juin 2008); assiette à dessert en porcelaine achetée à Kyoto (vendredi 25 avril 2008).

Mots clés : ,

blog-blog
camille-roqueplan-annecy
accrochage_cerises_2002
14 juin 2002, Palais de l’ïle, Annecy, montage de l’exposition Moments de Jean-Jacques Rousseau, accrochage de l’aquarelle de Camille Roqueplan, Jean-Jacques Rousseau cueillant des cerises, 1836, acquise pour l’occasion par le Musée-Château d’Annecy (Inv. 2000.27). L’idylle (petit poème lyrique) de Thônes  a servi de point de départ pour Moments de Jean-Jacques Rousseau, installation (1997-2002) et CD-ROM (Gallimard, 2000).

cerises-rousseau-2002
Cerises photographiées pour servir de couverture au dossier de presse de l’exposition, 6 juin 2002.

Voir « Inventaire : 2006.0.3 », billet concernant la nouvelle version et le nouvel accrochage le 15 novembre 2008.

Voir également :  « La couleur des cerises », et « Belvédère ».

Mots clés : , , , ,