Éclairage zénithal

zhang-xiaogang-bloodline-1995Zhang Xiaogang, Bloodline: The Big Family No. 3, 1995.

Zhang Xiaogang (???, 1958, Kunming) est l’un des artistes issus des écoles d’art chinoises (pour lui, l’Académie des Beaux-arts du Sichuan à Chongqing, 1977-1982) qui a connu les plus grands succès. Il apparaît qu’aujourd’hui en Chine on mesure la qualité d’un artiste au prix de ses œuvres. Zhang Xiaogang a battu un record en 2008 dans une vente chez Sotheby à Hong Kong : sa toile Bloodline: The Big Family No. 3 (1995) s’est vendue  six millions de dollards US.

zhangxiaogangZhang Xiaogang [document Pace]

Mardi 25 octobre 2009, au « 798 », quartier de galeries et d’ateliers « indépendants », la Galerie Pace (Pace-Wildenstein, New York) expose des sculptures de Zhang Xiaogang. Sa pratique de la sculpture semble tout-à-fait nouvelle, on ne connaît pas de reproductions. Ce sont de très grands objets aux formes amollies, stylo, livre ouvert, etc. en bronze ou bien — très intéressants — une vaste série de socles en ciment avec des « haut-reliefs », moulages d’objets courants en ciment gris, associant des dessins et textes à l’encre argentée. Il est interdit de faire des photos mais il existe un catalogue avec un texte de Leng Lin, responsable de la galerie.

pace-1
Mardi 25 octobre 2009, 15h, sculpture en ciment de Zhang Xiaogang, 2009, exposition à la Galerie Pace Beijing.

pace-2
Mardi 25 octobre 2009, 15h, Pékin, zone artistique « 798 », Galerie Pace.

C’est une chose désormais bien connue, les galeries de Dashanzi — ou zone artistique « 798 » — sont installées dans une ancienne usine de munitions joint venture avec la République Démocratique Allemande dans les années 50. L’architecture est assimilée à la tradition du Bauhaus puisque les architectes étaient de Dessau. La concordance des attentes des œuvres d’art et des machines-outils en matière de lumière (éclairage zénithal des toitures à sheds, c’est-à-dire en dents de scie) n’est pas pour rien dans le succès de la « zone artistique » depuis le début des années 2000.

Notons encore les taches de lumière zénithales qui relient les personnages peints de Zhang Xiaogang et la lumière zénithale qui, dans cette exposition, fait briller ses lignes argentées.

Mots clés : , , ,