Béton brut traditionaliste




Visite inopinée (ou inspirée par la récente visite de l’église du Havre, mais ici c’est l’anti Perret), moment paisible, ce dimanche de Pâques vers 17h, avenue Daumesnil, Paris, 12e, de l’église du Saint-Esprit, dessinée par Paul Tournon, imitée de Sainte-Sophie à Istanbul, achevée en 1933, ou plutôt laissée en partie inachevée dans sa décoration. Il y a pourtant de très nombreuses peintures, dont une immense « Pentecôte » par Maurice Denis. Les piliers devaient être parés de pierre, ils sont restés de béton très brut (cf. Paris.fr). Étrange voyage dans le passé du XXe siècle. Tout semble d’époque, assombri mais tel quel. Il y a des centaines de chaises paillées, mais personne.

DOCUMENTS :

http://archiwebture.citechaillot.fr/awt/fonds.html?base=fa&id=FRAPN02_TOURN_fonds-882
http://www.aa.archi.fr/article19.html

« Moderniste « sage », prudent et mesuré, guidé par une foi religieuse profonde, Paul Tournon incarne parfaitement l’esprit de son temps comme cas emblématique de l’union entre les valeurs de la tradition et l’acceptation des ressources offertes par la modernité qui caractérise une bonne part de la culture architecturale traditionaliste. »
Paul Tournon architecte, 1881-1964 : Le « Moderniste sage »
par de Giorgio Pigafetta et Antonella Mastrorilli, Mardaga, 2004.

Mots clés : ,