Mémorisation

Vous consultez actuellement les archives pour le thème Mémorisation.


Jeudi 24 mai 2018, 17h30, Saint Cergue, Jura vaudois, Suisse, lieu de passage historique, non loin de la France. Trouvée et filmée en 1998, cette pancarte en son lieu devenait l’un des « monuments » du CD-Rom Moments de Jean-Jacques Rousseau. Elle est un point culminant du « shifter comme utopie » — Roland Barthes — d’une entreprise qui croise les (auto)biographies. Les purs embrayeurs linguistiques il et y déteignent sur passé, indifférents à la date, qui est peut-être fausse.

Mots clés : , ,


Dimanche 13 mai 2018, 14h, Montreuil-sous-Bois, rue de Rosny. À cet endroit du bassin parisien, on passe du « bas » au « haut ». Il y a plus de trente ans, nous le faisions en voiture ou en bus. À pied, on souffle, on est accompagné par les robiniers et on lit des tags rouges.

Mots clés : ,


Mercredi 25 avril 2018, 13h, musée Ariana, Genève. Récipient en forme de botte d’asperges, faïence, Sceaux, vers 1760. Ici, comme on le dit, « la saison des asperges a débuté et va durer jusqu’à la Saint Jean ». Dans Les Confessions, Jean-Jacques Rousseau, évoque son enfance, 1726 : J’allois tous les matins moissonner les plus belles asperges; je les portois au Molard, où quelque bonne femme qui voyoit que je venois de les voler, me le disoit pour les avoir à meilleur compte. Cette scène interactive, nous l’avons réalisée pour Moments il y a vingt ans, le 12 avril 1998, place du Molard à Genève.

Mots clés : , , , ,


Lundi 23 avril 2018, 17h, Nice-Savoie. Nous habitions au 71 rue Châteauvert, à Valence. En face de la porte, la rue Christophe Colomb conduit à la place de la Paix. Chaque année, la vogue s’y tient avec quelques manèges, une loterie, un tir à la carabine. Pour les enfants, je n’ai pas dix ans, ce sont des carabines à fléchettes avec ventouses. Ça m’attire beaucoup, j’y vais seul, je gagne un lot, je choisis un petit vase en pensant l’offrir à ma mère. Et il vient de Saint Uze, dont j’ai appris la célébrité de la céramique de grès. Et il a son originalité, sa marbrure bleu vert clair sur bleu profond, ses trois anses, son globe de sept centimètres.

Mots clés : , ,


Lundi 23 avril 2018, 17h, Nice-Savoie. Jamais vraiment perdu de vue, mon rossignol, sifflet à eau en terre cuite, des années cinquante, de la Drôme, de Dieulefit ou de Cliousclat. Objet de musée : voir le Mucem. Signé d’une empreinte digitale sur le bec et sur le pied.



Mardi 10 avril 2018, 19h, 93bis. En juillet 1963, un voyage de jeunes, surtout en auto-stop, va de Valence, Drôme, jusqu’à Stockholm. Un pot de 4,5 cm de haut, de 4,5 cm de diamètre, est choisi pour sa façon d’associer simplicité, perfection et singularité. Pour marquer la rencontre avec le design scandinave qui est un motif de l’expédition. Sa base est gravée des mots THO, NITTSJÖ, SWEDEN. 55 années après, l’exploration du modèle soba choko, la tasse japonaise pour les nouilles de sarrasin, tronc de cône aux dimensions et proportions fixées, conduit à chercher des pots qui lui ressemblent. Le mot Nittsjö, le nom de la poterie de Rättvik, au nord de la suède (Google maps), fait rencontrer sur le site international de vente d’objets, Etsy, un gobelet vintage — années 60 — dont la texture de l’émail brun rouge ressemble à celle du pot vert et marron. Quatre jours plus tard, un charmant petit carton est livré, expédié par Vēsma Vanaga, depuis Liepāja, en Lettonie (Google maps). La similitude avec les 6 cm/6 cm/8 cm du soba choko se confirme. La base sans glaçure est très plaisante, aux yeux comme aux doigts. Pas de signature. THO, c’est Thomas Hellström, 1924-2006, un maître céramiste reconnu. Son nom incite à une autre commande : ce sera un pot très proche, avec une anse et un bec verseur. Celui-ci se révèle signé. Le soba choko en grès suédois est bien un « frère » du tout petit pot de 1963.

Mots clés : , ,


Samedi 24 mars 2018, 11h30, square du temple de Diane, Aix-les-Bains. « L’arbre aux feuilles » de cette années. Voir celui de l’année précédente : http://jlggb.net/blog5/?p=1612

Mots clés : ,


Mardi 20 mars 2018, 11h39. La capture rituelle se situe aujourd’hui par un temps particulièrement sombre, froid et pluvieux, neigeux. Mais le point de passage connaît une lumière, pour signifier que nous sommes le jour du printemps. Voir le numéro 15 : http://jlggb.net/blog5/?p=2625

Mots clés : , ,



Lundi 5 mars 2018, 23h, 93bis. Des archives : deux photos successives, marquées 1 et 2, des deux classes de garçons réunies de l’école de Saint Laurent en Royans, Drôme, prises au printemps 1947 par le photographe Studio Moderne Art Photo, E. Rebattet, Châteauneuf de Galaure, Drôme. Ma mère Emma et mon père Émile sont les instituteurs. Je figure là à l’âge de deux ans. Longtemps, j’ai trouvé les visages sévères, mais la deuxième image, retrouvée récemment, montre des sourires. Elle fait alors ressortir la première comme plus sérieuse, plus conforme à ce que devait être une photo de classe.

Mots clés : , ,


Samedi 17 février 2018, 13h. Des albums, des souvenirs : été 1984, dans le pré au dessus de la maison des Granges à Combe Laval, cirque du Vercors, Saint Laurent en Royans, Drôme. Photo par Émile.

Mots clés : , ,

‹ Articles plus anciens