photographie

Vous consultez actuellement les articles indexés photographie.


Lundi 17 septembre 2018, 01h, 93bis. Le 17 septembre est son anniversaire. Au tout début de l’année 1961, nous faisons en famille une promenade depuis Valence, dans le Vercors, au-dessus de Léoncel, en direction du Col de la Bataille, dans la forêt de l’Echaillon. Elle écoute un oiseau et reste car elle sait que je fais d’elle un portrait. Lorsque cette photo fut développée et agrandie, je fus heureux de sa réussite et elle me resta en mémoire comme un commencement conforté par ma mère. J’inaugurais un appareil photo qui marquait ma volonté d’être photographe, un 24×36 reflex à objectif interchangeable, Ihagee Exa II, fabriqué à Dresde, acheté avec ce que j’avais gagné en travaillant deux années de suite pendant les vacances dans le laboratoire de Michel Sarles. Voir « Fragment autobiographique n°1 » http://jlggb.net/blog4/?p=455

Mots clés : ,


Jeudi 2 août 2018, 14h, rue de la Plaine, Paris 20e. La technique de la prise de vue, de l’appareil photo, de la caméra, a fait connaître cette dimension optique qui se nomme profondeur de champ. Il s’agit de la zone, dans l’espace que saisit l’objectif, dont l’image réelle, sur la pellicule — sur le capteur électronique — est également nette. Ainsi, une focale longue donne une faible profondeur de champ et appelle donc un réglage de la mise au point sur le sujet retenu. Aujourd’hui, les appareils, ici un iPhone, ont un objectif minuscule, de très grand angle, une sensibilité très grande et donc un diaphragme très petit. Ils donnent le plus souvent une profondeur très grande. C’est pourquoi la qualité d’une profondeur de champ est vendue désormais pour l’inverse, pour sa façon de faire ressortir la netteté d’un visage dans le flou du décor. Mon nombre favori, photographié de très près, dans une lumière pas trop intense, s’approprie ainsi la netteté.

Mots clés : , ,



Dimanche 13 mai 2018, 22h, 93bis. DES ARCHIVES / 50 ANS, négatifs. Février 1968, en voiture — une Citroën Traction Avant 11B —, sur les voies rapides neuves au sud de Grenoble. S’en remettre, pour produire des photos, à un véhicule en mouvement. Je connais Walker Evans, mais pas encore ses photos prises de trains et de voitures. Je sais qu’un art conceptuel apparaît en Amérique, mais je ne vois pas encore Edward Ruscha — “an extension of the readymade in photographic form” — ou Dan Graham. La question des précédents interfère pourtant avec mes ambitions artistiques.

Mots clés : , ,



Lundi 5 mars 2018, 23h, 93bis. Des archives : deux photos successives, marquées 1 et 2, des deux classes de garçons réunies de l’école de Saint Laurent en Royans, Drôme, prises au printemps 1947 par le photographe Studio Moderne Art Photo, E. Rebattet, Châteauneuf de Galaure, Drôme. Ma mère Emma et mon père Émile sont les instituteurs. Je figure là à l’âge de deux ans. Longtemps, j’ai trouvé les visages sévères, mais la deuxième image, retrouvée récemment, montre des sourires. Elle fait alors ressortir la première comme plus sérieuse, plus conforme à ce que devait être une photo de classe.

Mots clés : , ,


Dimanche 31 décembre 2017, 16h. DES ARCHIVES / 50 ANS. Marseille, dimanche 31 décembre 1967. Du premier chapitre de « Marseille jamais que pour ça », entrepris ce jour-là. © Photo jlggb 1967.
Voir le billet d’il y a dix ans : http://jlggb.net/blog/?p=177

Mots clés : , ,


Vendredi 22 décembre 2017, 15h, Apple Store Saint-Germain, Paris 6e. Le iPhone dernier cri est en démonstration. Avec lui on va photographier son support antivol puis le reposer alors qu’il affiche cette image. Le procédé de « la mise en abime » s’est aussi nommé « la boîte de camembert » ou « la vache qui rit ». Sauf qu’ici, puisque l’appareil manque, la répétition ne va pas dans la profondeur mais semble revenir sans cesse à son début.

Mots clés : ,