Actualisation

Vous consultez actuellement les archives pour le thème Actualisation.


Jeudi 28 novembre 2019, 23h30, Paris. Le passage au scanner des négatifs du stage Fritz Lang des Marquisats à Annecy, en février 1966, apporte son vrai portrait par moi, probablement le premier.

Mots clés : , ,


Dimanche 27 octobre 2019, 17h28, plage, Lac du Bourget, Aix-les-Bains. Exercice propre à absorber le changement d’heure : une heure en moins ou en plus.

Mots clés : ,


Samedi 19 octobre 2019, 18h30, Musée national d’art moderne, Paris. Révisions du 5e étage, « art moderne ». Kasimir Malévitch, Croix [noire], 1915, huile sur toile. Effet d’autoportrait au iPhone, [de la série de reproductions d’œuvres carrées pour Instagram].

Mots clés : , , , ,




Samedi 12 octobre 2019, 14h – 21h, Nanterre-Amandiers, centre dramatique national. RER ligne A jusqu’à Nanterre-Préfecture, le parc André Malraux (là où se trouvait l’un des bidonvilles de Nanterre), puis ce que j’appelle le théâtre des Amandiers. Le Livre d’image est montré sur un écran plan, sans projecteur donc, suspendu sur la scène, les spectateurs étant sur des chaises tournées vers le rideau de fer et entourés de sept enceintes sonores. Dans la grande salle elle-même, Histoire(s) du cinéma est projeté sur un écran translucide suspendu au-dessus des gradins, visible donc des deux côtés. Dans les coulisses, un ensemble de films de Jean-Luc Godard, peu connus ou inconnus, des films d’Anne-Marie Miéville, de Fabrice Aragno. Dans une loge, sur un moniteur déjà ancien, Plus Oh ! clip pour France Gall, 4 minutes, 1996. Sous un escalier, Initiation au cinéma [révolutionnaire], de Jean-Paul Török, rushes 16 mm en vidéo, 24 minutes, 1969.

Mots clés : , , , ,


Samedi 5 octobre 2019, 11h, Aix-les-Bains. La noix ramassée à Vinay fait partie de mes souvenirs d’enfance les plus nets. Elles viennent de Monoprix, elles sont du Dauphiné. Elles sont très fraîches, difficiles à manger, ce qui contribue à leur attrait. Il en reste seize, avec chacune leur caractère, de quoi composer un carré que je poste sur Instagram, comme un fait d’actualité.

Mots clés : ,




Mercredi 2 octobre 2019. La rubrique DES ARCHIVES / 50 ANS reçoit un moment des plus décisifs. Frank Popper, connu depuis la Biennale de Paris de 1967 et surtout par le travail sur Cinétisme-Spectacle-Environnement à Grenoble en 1968, organise pour la Biennale de 1969 L’Atelier du spectateur. Un « groupe anonyme » prépare des « propositions » susceptibles d’inciter une véritable participation du public. Avec l’après 68, deux tendances se heurtent dans la préparation : provoquer des thèmes politiques ou fournir des instruments. C’est la deuxième qui est retenue mais, le jour de l’ouverture, le jeudi 2 octobre 1969, au palais Galliera, la participation se traduit en actions violentes, avec bombes de peinture, banderoles, slogans criés et occupation. La salle fermera et Frank Popper sera accusé de complicité dans la détérioration du musée. Le projet de l’un des anonymes figure dans son carnet. C’est Délai sonore, un dispositif produisant un retard de trente secondes entre ce qui est prononcé devant un micro et l’amplification de ces paroles dans un haut-parleur. Les circonstances ont fait que cela n’a jamais eu lieu mais qu’une explication destinée aux étudiants en art de la toute nouvelle université de Vincennes va ouvrir un exercice de plus de quarante ans.

Mots clés : , , , , ,


Samedi 14 septembre 2019, 18h30, Dresde. Le Kulturpalast, l’un des côtés de la Altmarkt reconstruite, fut, en 1969, la marque d’un renoncement aux obligations initiales de la RDA, celles d’un gratte-ciel dominant le paysage urbain et de larges avenues. Ce palais de la culture devait démontrer une modernité spécifique, des talents d’architectes et de constructeurs. Il ne fut pas, pour autant, assorti d’un pan de liberté. Pour une réouverture en 2017, ce monument historique classé a été largement restauré dans son aspect général et aussi transformé avec la création d’une remarquable salle de concert pour la Philharmonique de Dresde et d’une belle bibliothèque publique. Histoire réécrite, la frise murale Notre vie socialiste, les escaliers et de vastes foyers agréables, une couleur rouge précise, ont été fidèlement remis à neuf.

Mots clés : , , ,



Jeudi 30 août 2019, 16h50, Tence, Haute Loire. Tence est une destination ancienne. Ce furent des vacances en famille l’été 1951, au village de Mendigoules, voir le 9 juillet 2009 : http://jlggb.net/blog/?p=4299. On sait maintenant que nous eûmes là des ancêtres. Mais, ce qui nous amène depuis la vallée du Rhône, c’est le nom de Gilbert Simondon que nous savons attaché à Tence. On a entendu que la maison de son grand-père était pour lui un ancrage dans la nature et dans l’enfance et qu’elle était restée la maison de sa famille. Un jeune homme, rencontré à la mairie, nous dit qu’en face de chez sa grand-mère, dans le hameau de Mazeaux, elle a des volets « bleu charrette ». La pensée de Simondon est un monde immense et étrange, où connaître une effervescence de mots et d’idées et goûter la compréhension. La forme, la relation, mots dont j’ai usé, sont chez Gilbert Simondon des « nœuds » d’un réseau qu’il annonce très tôt comme une réalité techno-scientifique propre à émerger en philosophie et en art. Lorsque j’ai cherché sur Google « Simondon » et « Tence », c’est « existence » qui est venu, celle du grand livre, touché et entendu cité, lu indirectement, depuis quarante ans : Du mode d’existence des objets techniques.
À lire, sa biographie par Nathalie Simondon : http://gilbert.simondon.fr/content/biographie. À écouter : https://www.franceculture.fr/emissions/avoir-raison-avec/avoir-raison-avec-gilbert-simondon

Mots clés : , , , ,


Mercredi 28 août 2019, 14h, Mamco, Genève. Étienne-Martin, sérigraphie de l’exposition à la galerie Givaudan, novembre 1967, une pièce de l’exposition dédiée à Claude Givaudan, galeriste, éditeur de livres, d’estampes, de multiples, organisée par Françoise Ninghetto. À partir de l’automne 1967 au moment de la Cinquième Biennale de Paris, je vois Frank Popper et son espace « art cinétique » et cette galerie, avec Takis, Piotr Kowalski, 201 boulevard Saint Germain, devient un point de repère pour mes voyages parisiens. [de la série de reproductions d’œuvres carrées pour Instagram]

Mots clés : , , ,


Mercredi 28 août 2019, 10h49, rue Vignier, près de Plainpalais, Genève. BROUILLON

Une texture comme socle en perspective, de transparence et d’impression noir sur blanc, un volume qui pointe, le monument d’un moment partagé, une transaction normée par une monnaie, codée par des nombres et des mots.

Mots clés : , ,

‹ Articles plus anciens