Francis Alÿs



Dimanche 7 novembre 2021, 15h, Musée cantonal des beaux-arts, Lausanne. C’est la grande rétrospective de Francis Alÿs. On s’était intéressé grandement à ses propositions, dont : The Green Line, 2004 [Une ligne est tracée par la peinture verte qui coule du pot qu’il porte tout au long de la « ligne verte » de Jérusalem] ; Paradox of Praxis, 1997 [Pendant plus de neuf heures, il pousse un bloc de glace à travers Mexico, jusqu’à sa fonte totale]. De Reel-Unreel, 2011, une image : le jeu d’un enfant de Kaboul poussant une bobine de film jetée par la censure. De Colors Bars, 2011-2012, une peinture qui évoque une mire de télévision, une pause dans les images de guerre en Afghanistan.

Ryan Gander



Mercredi 6 octobre 2021, 18h, galerie GB Agency, rue des Quatre Fils, Paris, 3e. Wrong Time Paradigm est le titre de l’exposition de Ryan Gander. L’idée d’une colonisation of time est indiquée par du bois à brûler déjà noir sans avoir changé de forme et encore par un cadran dédoublé entre le temps imposé et le temps dont chacun pourrait disposer.

Le temps des machines


Vendredi 20 août 2021, 13h 30, Valence. En face de la Salle des fêtes — devenue un théâtre —, où, dans les années 50, j’ai écouté les conférenciers de Connaissance du monde, dont Paul-Émile Victor et regardé des films classiques, dont La Belle et la bête, se tenait un bâtiment — aujourd’hui en cours de destruction — qui allait devenir la médiathèque et le siège du CRAC, Centre de recherche et d’action culturelle, futur Lux. Proposées par la directrice Françoise Calvez, les journées « Cinéma et littérature » s’intitulèrent, en novembre 1990, « Le Temps des machines ». Je fus invité à parler de mon Anthologie d’images de synthèses scientifiques, exposée précédemment au Centre Pompidou dans « Passages de l’image ». Avec le concours du Musée de Valence, cette installation vidéo fut présentée ici aux côtés de celles de deux stars, Present, Continuous, Past(s), de Dan Graham et Passage, de Bill Viola.

Ciel du bord de la Seine


Vendredi 6 août 2021, 17h, Le Pecq, Yvelines. Suivi longuement vers le nord, de Bougival à Saint-Germain-en-Laye, le chemin de halage devient le quai du 8 mai 1945. Le climat changeant, qui ne semble pas de saison, conserve l’alliance, visible dans le ciel, du temps et de l’événement.