Éprouver

Vous consultez actuellement les archives pour le thème Éprouver.



Jeudi 10 septembre 2020, 16h, terrain Terrier, Chindrieux, Savoie. Le terrain connaît une salle de séjour en légère pente, avec un tapis de lierre. Trois heures à s’imprégner du simple bosquet dans la lumière. Sur le trépied Gitzo, l’appareil Olympus Pen, avec sa longue focale, est tourné vers lui pour en saisir une série de compositions aléatoires qui, une fois rentré, va conduire à un choix.

Mots clés : , ,



Jeudi 3 septembre 2020, 15h30, mont du Nivolet, commune des Déserts, Savoie. Pour ne pas être le même qu’à l’aller, avec ses pentes rocheuses difficiles, le chemin du retour est celui qui descend sans cesse à travers bois.

Mots clés : , , ,


Samedi 22 août 2020, 17h, viaduc des Fontanelles, Trévignin, Savoie. Le chemin de fer à crémaillère qui reliait Aix-les-Bains au mont Revard, un chantier d’un an, de 1200 ouvriers, presque tous italiens, fut achevé en 1892. Il s’arrêta en 1937. Ce fut un dispositif important pour faire d’Aix les Bains-Le Revard — un nom qui reste aujourd’hui pour la SNCF — une station aussi bien lacustre que montagnarde, d’un dénivelé de quelque 1200 mètres pour une longueur de 9 km. Produit par Société genevoise des chemins de fer à voie étroite, avec la technique de l’ingénieur suisse Carl Roman Abt, la crémaillère avait quelque chose de la Suisse, que l’on éprouve aujourd’hui lorsqu’on emprunte le long chemin, la très longue pente sans répit — ici de 17%.

Mots clés : ,


Samedi 25 juillet 2020, 12h30, en bordure du golf, Tresserve, Aix-les-Bains. Au détour du chemin, une phrase se présente, des choses séparées mais ensemble. Une impression salutaire, comme dose ordinaire d’ici et maintenant.

Mots clés : ,


Jeudi 25 juin 2020, 10h, Bois Vidal, Aix-les-Bains. Le sentier que nous suivons est bien naturel, mais il est d’abord bien tracé, bien consolidé et bien entretenu.

Mots clés : ,


Dimanche 7 juin 2020, 16h30, Bois Vidal, Aix-les-Bains. En attendant les journées très chaudes, un tour après la pluie au Bois Vidal, nommé « parc », depuis les aménagements, pour le confirmer peut-être comme public et « sportif ». Mais le rocher qui affleure le chemin montant en coexistant avec les mousses et les herbes, reste le signe d’une « nature ».

Mots clés : , ,


Vendredi 17 avril 2020, 12h30, 93bis. C’est un parfum intense qui me fait aller à la fenêtre et me pencher pour voir monter le jasmin en fleurs, déjà fanées ou encore en boutons.

Mots clés : , , ,



Mercredi 26 février 2020, 17h, Centre Pompidou. Dans l’exposition Neurones, les intelligences simulées, qui rassemble, avec des documents, des propositions d’artistes, d’architectes, de designers et de musiciens, je retrouve une pièce que nous avions dans Electra, au Musée d’art moderne de la Ville de Paris en 1983. Brion Gysin, de nouveau, après l’aquarelle d’il y a quelques jours : http://jlggb.net/blog7/2020/02/13/brion-gysin/. Son chef-d’œuvre, Dreamachine, daté de 1962, fut fabriqué avec l’électricien et programmeur Ian Sommerville. Le spectateur ferme les yeux. Le rythme des ombres et lumières qu’il perçoit à travers ses paupières peut correspondre aux oscillations de son cerveau et avoir un effet hallucinatoire. Je publie une courte vidéo sur Instagram. Elle provoque une remarque de l’artiste du son et de l’image Ramuntcho Matta : « L’ampoule est trop puissante. » C’est vrai, il connaît bien, car Brion Gysin fut en quelque sorte son premier professeur.

Mots clés : , ,