photographie

Vous consultez actuellement les articles indexés photographie.

LT by JLB


Lundi 23 octobre 2023, Paris. Le jour est venu de publier ce portrait. Le 23 octobre 1973, dans notre atelier de la rue Moreau, 12e, il s’agissait d’employer un appareil Polaroid donnant des clichés en noir et blanc à vernir. Pour s’inscrire dans ce modèle professionnel, des lumières ont été soigneusement placées, la position et le cadrage étudiés. Il ne s’agissait pas d’une image pour mémoire mais elle l’est devenue.

Mots clés : , , ,

Sans titre


Vendredi 22 septembre 2023, 16h, Musée national d’art moderne, Paris. Exposition « Corps à corps », Man Ray, Sans titre [Jambes dans un cadre], vers 1930, dation, 1994. Elle tient elle-même le cadre et donc le cadrage.

Mots clés : ,

17 septembre


Dimanche 17 septembre 2023. Notre mère, Emma, est née le 17 septembre 1913. Elle a ici 20 ans, devenue institutrice. La cour d’une ferme ancienne, la ligne de la montagne le montrent, elle est chez sa sœur Andrée, son beau-frère Edmond, au Rivier, Cognin les Gorges, Isère.

Mots clés : , ,


Mercredi 19 janvier 2022, Aix-les-Bains. On en parlait peu, mais parfois vivement, Michel Subor, acteur, vient de disparaître. Je l’ai identifié, c’était l’un des objets du film, au petit soldat du film de Godard, vu dans une « première » donnée par notre le Ciné Club Universitaire de Grenoble, probablement en 1965. Le tournage eu lieu en 1959, alors que À bout de souffle n’était pas encore sorti. On peut désormais comprendre pleinement, au regard de ce qu’a été l’œuvre de Godard, comment ce second film était l’antithèse du premier : Genève, la Suisse et non Paris, de très jeunes acteurs inconnus — Anna Karina et Michel Subor —, une histoire d’amour mais expressément politique et historique. Avec — ce qui est dans cette image — une ambiguité sous le régime du ET (et pas est), la marque de Godard. Pour le numéro 3 de La Recherche photographique, de décembre 1987, dédié à « Le cinéma, la photographie », il m’était venu à l’idée d’explorer les archives photographiques de la Cinémathèque française. À côté du fonds Fritz Lang, il y avait Le Petit Soldat, des photos de tournage dont l’auteur n’était pas connu [dr] mais exactement démonstratives de l’un des thèmes internes : la prise de vues comme relation. Cela devait donner un cahier de 16 photos carrées — Rolleiflex — et la couverture. Voir l’article de mars 2012 : http://jlggb.net/blog3/?p=1816

Mots clés : , , ,