L’île de Saint-Pierre

bielersee
Jeudi 7 juillet 2016, 17h. Après Bienne en direction de Neuchâtel, arrêt à Twann, pour regarder le Lac de Bienne et l’Île de Saint-Pierre, pour donner une suite au billet précédent.
Le 3 juillet 1765, Rousseau, qui réside à Môtiers, se rend à l’Île de Saint-Pierre et y reste huit ou dix jours. Le 9 septembre 1765, Rousseau, qui a dû quitter Môtiers la veille, s’établit dans la ferme du receveur de l’Île de Saint-Pierre. Il la quitte le 25 ou le 26 octobre.

« Le flux et le reflux de cette eau, son bruit continu mais renflé par intervalles frappant sans relâche mon oreille et mes yeux, suppléaient aux mouvements internes que la rêverie éteignait en moi et suffisaient pour me faire sentir avec plaisir mon existence, sans prendre la peine de penser. »
Jean-Jacques Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire, Cinquième Promenade.

Mots clés : , ,