Le dimorphisme sexuel chez la Swatch


Chez certaines espèces de montres, « le dimorphisme sexuel est quasiment nul » : la Swatch à bracelet métallique élastique (rapportée la veille de Genève), considérée comme femelle, ne diffère de la version mâle que par la transparence du boitier, son aspect doré plutôt qu’argenté, les stries plus fines du bracelet.
Chambéry, café du théâtre, samedi 27 septembre 2009 13h19. Comme on le voit, il fait un beau soleil à cette heure là.

Remarque: chez certaines montres classiques (ou super-normales) le dimorpisme semble nul mais elles sont unisex, donc la question ne se pose pas. Exemple: la Once Again, Swatch.

15.11.2003 : La montre « Mu »

blog-blog
citizen2003
15 novembre 2003, devant l’immeuble Prada à Omotesando, Tokyo (achevé depuis très peu, Herzog et de Meuron architectes), achetée la veille à Nihonbashi,  grand magasin Mitsukoshi : cette monte nommée MU (2001) dont le design fait un objet à part, à commencer dans la gamme Citizen. Sa publicité a insisté sur une lisibilité exceptionnelle « sous n’importe quel angle » due au dessin des chiffres (distinction nette du 6 et du 9, du 3 et du 8), aux points rouges, au verre large et plat, etc.

mu

Dépliant publicitaire, 120 x 120 mm, 10 pages, Tokyo, 2003.

citizen-mu-paris
La même montre, à Paris, en mai 2009. L’objet semble aujourd’hui introuvable. Il n’a probablement pas eu beaucoup de succès. Il serait intéressant d’en connaître le designer.