baguette
Dimanche 12 juillet 2015, 20h, 93bis. Réminiscence du 24 septembre 2011, « La tradition ». À la boulangerie voisine, boulevard Voltaire, cette fois : « Une tradition, coupée en deux, s’il vous plaît. » Le « s’il vous plaît » est là d’abord pour le « coupée en deux ». Entre la nostalgie et l’autocritique des années ’70s vincennoises, il reste la déclaration formelle : « Un se divise en deux ». Faire apparaître la contradiction n’est pas toujours utile. Ici, on gagne en différences.

Mots clés : , ,


Mardi 23 juin, 17h30. Je suis une enseigne. Je ne sais plus mon nom mais je sais que mon emploi est d’inscrire le mot PHARMACIE — en capitales, en Times gras — ici au 305 Faubourg Saint-Antoine, près de la rue des Boulets et de la rue Chevreul, Paris 11e — coordonnées 48°50’56.51″N / 2°23’32.62″E — à 4,20 m du sol, dans un plan vertical orienté de 13 degrés Nord-Ouest. Mes trois dernières lettres ont basculé, les fils électriques de leurs néons ont été débranchés, je ne sais plus quand ni à cause de quoi. Mais j’entends dire que je signifie encore mieux depuis que j’attends mon pharmakon.


Dimanche 10 mai 2015, 18h, 93bis. Un tout petit pot à lait, ou à crème, en porcelaine blanche, 65 mm de haut, 55 mm de diamètre. Parent de tant d’autres mais esseulé. Une identité faite de petits manques. Ressemblance marquante avec la cafetière classique Melitta, par son haut en lignes horizontales. Des Melitta ne furent-elles pas fabriquées à Langenthal ? Le blason « Suisse Langenthal 39 » figure fièrement en dessous, avec le très discret « 794/0 ». Milchkrug d’un certain âge donc puisque l’unique manufacture de porcelaine suisse du XXe siècle a été « délocalisée » en République tchèque. Les cousins anglais : http://jlggb.net/blog2/?p=1918

passoire-2015 passoire-balles-2015
Lundi 13 avril 2015, 23h, Nice-Savoie. Passoire émaillée, elle a connu une longue vie active, à Pierrelatte, entre 1920 et 1960 environ, puis une situation de passage progressif au souvenir exposé. Et voilà qu’elle s’emploie à une démonstration philosophique : toute relation est un tiers, est extérieure à ses termes, n’est réductible à aucun des deux ni à la somme des deux. La passoire est sur la table, pour cela elle a des pieds et la table est plate et horizontale. Les termes s’emploient donc à la relation. Pour autant, « être sur » est une relation qui peut se percevoir mentalement, indépendamment des objets. La passoire a des trous, même chose pour « à travers ». Spectacle du ping-pong « double bonheur » en supplément, la relation est ici « être différent » ou autre chose, car la relation est variable et c’est bien là que se vérifie son indépendance.

Mots clés : ,

mauchaufee-photo-2400
Samedi 4 avril 2015, 23h. Dans la marge en bas de la photo en forme de carte postale, il y avait l’inscription au crayon : « Rue Paul Bert Paris 11e » (une interprétation de la correspondance écrite au verso). Il y a des années, l’effet attractif d’une photographie originale ancienne, l’apparition de nombreuses personnes singulières en un lieu distinct, sur le mode « sortie d’usine », s’étaient croisées avec cette indication. La rue Paul Bert présentait, dans la pensée du regardeur, une entrée d’usine qu’il faudrait aller comparer avec celle de la photo. Finalement, rien de semblable à Paris. La voie est alors celle de la lecture : « Établissements Mauchauffée ». Une opération Google à rebondissements conduit à Troyes, à une usine parmi beaucoup d’autres, très grande. Cette bonneterie a été fondée en 1873 et fermée en 1973, exactement 100 ans après. En 1914, elle est la première fabrique de bas en Europe avec 3000 ouvrières et ouvriers. Elle a produit de nombreuses marques de bas et chaussettes et des maillots de bain en vogue. Passage par Street View, rue Bégand : le portail est là, et une foule de signes. Ce qui reste en vérité dans la vie de cet objet : joliment individués, un cheval blanc, cinq hommes écartés du groupe, vingt-cinq femmes dont de très jeunes.

usine-toyes-streetview

Mots clés : , ,

vachette alarme
Vendredi 23 janvier 2015, 17h, rue de Sévigné, Paris 4e. Je suis une alarme débranchée. Je ne peux alerter personne. Je dépends maintenant des autres.

Mots clés : ,

Le renom (Ch. 31)

fuga orrefors coupe
fuga orrefors ticket
Vendredi 5 décembre 2014, 22h, 93bis. Le feuilletage à la librairie du Centre Pompidou d’un livre Taschen consacré au design scandinave a remis un objet à l’esprit de celui qui l’avait acheté, le 17 août 1963, dans une boutique dédiée aux objets « design » du grand magasin Nordiska Kompaniet située au centre de Stockholm dans le parc Kungsträdgården, ici. Ce petit bol (90 mm x 50 mm) en verre rouge de la maison Orrefors, nommé Fuga — noms inscrits sur la base par un relief du verre — est de Sven Palmqvist (1906 — 1984), créateur de renom qui inventa, en 1954, une méthode consistant à centrifuger le verre en fusion à l’intérieur d’un moule. La série de coupes Fuga issue de ce procédé remporta une médaille d’or à la XIe triennale de Milan en 1957. Ce petit bol en verre rouge est resté à proximité de son acquéreur qui, à l’occasion de cette célébration, a retrouvé la facture de chez NK, où l’on peut voir que le prix en était de 5,75 couronnes, accompagné d’une autre coupe, bleue, plus basse, à 4,25 couronnes.

Mots clés : , ,

arrosoir londres aix
Dimanche 28 septembre 2014, 11h, Aix-les-Bains. Il y a maintenant 20 jours, la visite au Jasper Morrison Shop, Kingsland Road à Londres (http://jlggb.net/blog4/?p=1888), a été l’occasion d’adopter cet arrosoir bleu pour ce qu’il est visiblement, sans connaître son origine, qui l’a fabriqué, qui l’a dessiné.

Mots clés : , ,

poulet-pilon
Lundi 12 mai 2014, 19h, 93bis. Pilon de poulet rôti, j’ai commencé il y a deux minutes à être mangé. Le désir va faire son œuvre. Une fois ma photo prise, je n’aurai droit qu’au passé au titre d’objet.

Mots clés :

plaque-effets-secondaires
Vendredi 28 février 2014, 16h. Comme première plaque de la rue des Écoles — face au Studio Action —, comme plaque de thérapie mentale, je me dois d’être toujours très propre. Le nettoyage de ma surface de cuivre produit un dépôt verdâtre douteux sur le mur et efface le noir de mes inscriptions. Je ne vois pas comment éviter ces effets secondaires. Les techniciens disent « effet de bord ».

Mots clés : ,

scissors-nogent-japan-new
Mercredi 19 février 2014, 23h, 93bis. Acheté à Kyoto en septembre 2013, un petit objet labellisé « Good Design » (http://www.g-mark.org/award/describe/38357?token=rLErMeU9ik). Le Good Design Award (http://www.g-mark.org/) est un concours international officiel fondé en 1957 par le Japon pour vanter ses produits. Son président est actuellement Naoto Fukasawa. Le terme « Good Design » peut faire référence à la « Gute Form » définie dans les années 50 par l’architecte, artiste et designer suisse Max Bill. Il a en outre été promu par le designer allemand Dieter Rams, dont le nom est associé à la société Braun dans les années 60 et 70 (http://jlggb.net/blog2/?p=1204). Ces notions sont fréquemment controversées pour leur dogmatisme mais elles sont attachées à des objets reconnus comme classiques pour leur fonctionnalisme, leur pureté formelle, leur qualité de fabrication. Toujours est-il que ces ciseaux à couper les poils du nez sont là parce que d’autres, qui venaient d’un héritage familial, avaient disparus, tombés sous un meuble. Les anciens — de la marque française Nogent — peuvent survivre dans le « super normal »; les nouveaux — Nostril Scissors Green Bell du Japon — jouent sur un ressort qui les fait passer pour « interactifs ».

Mots clés : ,

marteau-histoire
Dimanche 9 février 2014, 12h, Aix-les-Bains. Le marteau a une patine qui en témoigne, il est passé de main en main en servant avec fidélité. Il s’est transmis du grand-père au père puis au fils. Il a transmis une qualité du geste et de son effet. Les gens meurent, certains objets vivent.

Mots clés : ,

banane
Mercredi 15 janvier 2014, 1h10, Aix-les-Bains. L’objet a commencé à exister il y a maintenant un peu plus de quatre ans. Depuis, il est resté dans un tiroir. Une banane est-elle un objet ? Avant de sécher, de se momifier, elle n’aurait pas dit ça. Et pourtant elle n’était déjà plus une chose vivante. Pour avoir une vie, les objets doivent-ils fréquenter des êtres vivants ? On peut penser que non.

L’âge (Ch. 24)

semflex-standard
Mardi 14 janvier 2014, 23h59, Aix-les-Bains. Acheté à Valence en juillet 1959, cet appareil photographique 6×6 reflex à deux objectifs Semflex Standard objectif Som Berthiot 4,5/75 type 4 avait été fabriqué par la Société des établissements modernes de mécaniques à Aurec, Haute Loire, créée en 1948. Son numéro est 413345. Utilisé entre 1959 et 1964, il est resté inactif depuis. Aujourd’hui, l’obturateur fonctionne encore, peut-être un peu lentement : une certaine oxydation, un peu de grippage mécanique. Les lentilles sont voilées mais pourraient être nettoyées. Pour fonctionner et enregistrer des clichés, il lui faudrait un film format 120. Mais il s’est passé tout autre chose que ce qu’on imaginait quant à son vieillissement : cette pellicule est presque introuvable. Voir « Fragment autobiographique n°1 » : http://jlggb.net/blog4/?p=455.

Mots clés : ,

pince baguettes
Mardi 12 novembre 2013, 23h50, 93bis. Utilisée hier au Salon de la photo (on sait que la photographie c’est de la saisie, même avec des pincettes), cette pince livrée avec une petite boîte de sushis. L’objet est promu comme « pratique, ludique, réutilisable, jetable, biodégradable ». Il fait partie de la mode des « verrines » pour les cocktails et des plats préparés, dessinés, emballés pour les « urbains à fort pouvoir d’achat », qui ne sont plus des « midinettes ». Renseignement pris, il n’existe pas au Japon, en dépit de son apparence (du bambou). Manger avec des baguettes, c’est une éducation, une pratique, une culture. Entre l’exotisme factice et l’efficacité minimaliste, il y a un monde, de la maladresse triviale à la virtuosité élégante. Ou alors, manger avec les doigts, ce que le monde entier fait de diverses manières, sans savoir que c’est l’objet d’une autre tendance du marketing, finger food.

Mots clés : , ,

meuble-tiroirs
Mercredi 23 mai 2013, 8h. Notre ami Alain, avec qui nous avions fondé en 1975 un groupe d’artistes, vient ce matin chercher le meuble à tiroirs que nous avions trouvé ensemble en 1976 (probablement), dans une usine abandonnée de Bondy. Il en possède une autre partie identique et le meuble va ainsi se trouver réunifié.

Mots clés : ,

‹ Articles plus anciensArticles plus récents ›