1999-2001 La Morale sensitive

Le projets Moments de Jean-Jacques Rousseau a donné lieu à 3 installations distinctes : La deuxième Promenade, 1998, La Morale sensitive, 1999, Moments de Jean-Jacques Rousseau, 2001-2008.

Voir : 2000 Moments de Jean-Jacques Rousseau.

FICHE GÉNÉRIQUE
La Deuxième Promenade, installation vidéo-interactive, 1998
Version du Centre pour l’image contemporaine, Saint-Gervais Genève, 1999
Conception et réalisation : Jean-Louis Boissier.
Programmation informatique : Jean-Noël Lafargue.
Développement technique : Christian Laroche.
Design du mobilier : Alain Cieutat, AHA.
Production : Le Fresnoy, Studio national des arts contemporains, laboratoire Esthétique de l’interactivité, Université Paris 8, Association Transports, Centre pour l’image contemporaine, Saint-Gervais Genève

FICHE GÉNÉRIQUE
La Morale sensitive
, installation vidéo-interactive, 1999
Version pour le Musée d’Annecy, 2001
Réalisation : Jean-Louis Boissier.
Conception : Jean-Louis Boissier et Liliane Terrier.
Direction de production : André Iten, Brigitte Chapuis.
Production vidéo : Maren Köpp.
Assistant de réalisation : Hajime Takeuchi.
Programmation informatique : Jean-Noël Lafargue.
Développement technique : Christian Laroche.
Réalisation typographique : Jean-François Rey.
Stagiaires : Christine Voto, Philippe Donadini, Thierry Guibert.
Production : Centre pour l’image contemporaine, Saint-Gervais Genève.

Installation acquise par la collection d’art contemporain du Musée-Château d’Annecy, 2002.

MMTS_ICC_01rMMTS_ICC_04r
La Morale sensitive, installation vidéo-interactive, 1999-2000. Version pour « Open Space », ICC, Tokyo, 2008.

ARGUMENT

Moments sensitifs (Version nouvelle, 2008,  de La Morale sensitive)
Installation vidéo-interactive, 2000. Version 2008 pour l’exposition Open Space, ICC, Tokyo.

L’installation reprend le dispositif de la première version de la séries des installations conçues autour du projet « Moments de Jean-Jacques Rousseau ». Le programme est constitué d’une série de séquences, « tableaux vidéo-interactifs », associant un court texte (citation de l’un des ouvrages de Rousseau) sous forme de paragraphes à feuilleter et un film animé d’un mouvement panoramique restitué par un déplacement de l’image dans la projection. Le spectateur (ou plutôt le lecteur) peut actionner ces séquences textes-images d’un geste de la main: cela simule à la fois le fait de tourner les pages d’un livre et le fait de déplacer la caméra pour découvrir une scène ou un paysage.

Le principe spécifique de l’installation Moments sensitifs est de séparer en deux projections les textes et les images. Les images sont projetées sur une petite table d’école. Le lecteur peut s’asseoir devant sur une chaise. En déplaçant sa main sur la table, il entraîne le déplacement des images vers la droite ou vers la gauche. Les textes qui défilent eux aussi du fait de cette même action sont projetées sur un mur vertical que l’on voit par une petite fenêtre percée dans le mur où est appuyée la table. Lorsque le lecteur cesse de déplacer les images, le texte change automatiquement, le nouveau texte amenant les nouvelles images qui lui sont associées. Ce montage se fait par l’intermédiaire de mots-clés (ou shifters): dans la transition le texte commence à s’effacer en laissant des mots sur l’écran; puis l’un de ces mots est choisi par le programme en fonction de divers paramètres, principalement l’historique de ce que le lecteur a déjà vu. Ce mot figure aussi dans le texte qui va s’afficher, il se déplace pour occuper la place qu’il a dans le nouveau texte puis ce texte s’affiche sur le mur en même temps que les images sur la table. Ainsi, le lecteur perçoit que, s’il peut agir sur les images (de création récentes dans la forme de la vidéo), il doit laisser le texte des citations (écrit par Rousseau il y a plus de deux cent ans) décider de l’enchaînement.

Le mot moment renvoie à une idée de Rousseau qui veut que l’existence et les souvenirs qu’on en a se construisent en fragments de temps associés à des lieux, à des circonstances et à une image subjective. Il signifie aussi pour nous un certain type de séquence vidéo bouclée sur elle même et que l’on peut sans cesse répéter. Le mot sensitive renvoie à l’idée que Rousseau se fait de l’apprentissage philosophique et moral fondé sur les sensations. Il signifie aussi pour nous l’accent mis sur la perception sensible de la réalité que tend à restituer la séquence vidéointeractive ainsi que la sensibilité du geste de consultation et de l’interface.

FICHE TECHNIQUE

Langues : le programme est ou bien en français et anglais, ou bien en anglais et japonais. Lorsque l’installation n’est pas utilisée, un écran d’accueil est projeté qui permet au visiteur qui arrive de choisir
l’une des deux langues.

Matériel technique :
2 vidéo-projecteurs 1024 x 768
1 ordinateur Mac Mini ou G5 ou MacPro
2 haut-parleurs amplifiés
1 caméra de surveillance FireWire
1 source IR
Matériel pour l’installation :
1 table d’écolier d’environ 50 cm x 70 cm (hauteur 73 cm)
1 chaise du même type
Construction de l’installation :
Une alcôve : 105 cm x 210 cm (intérieur)
Murs : 16 cm d’épaisseur
Hauteur du plafond : 210 cm
Fenêtre de 70 cm de large et de 105 cm de haut, à 85 cm du so et à 20 cm du plafond
Les 2 projecteurs, l’ordinateur, la camera, la source IR sont dans le plafond, au dessus de la table.
Les 2 haut-parleurs sont dans la partie inférieure du mur derrière la table.