1989 Album sans fin

FICHE GÉNÉRIQUE
Album sans fin, installation interactive, 1988-1989
Version pour la Biennale internationale de la photographie de Turin, 1989
Conception et réalisation : Jean-Louis Boissier.

Version pour CD-Rom
dans le Cd-Rom Essais interactifs, dans le livre La Relation comme forme, Mamco, Genève, 2003 et 2009
Transposition des images en RVB format réduit
Programme pour le logiciel Director
réalisée en 2003 par Jean-Noël Lafargue et Jean-Louis Boissier

Version pour iPad
avec les images originales et la même interactivité
réalisée en 2012 par Dominique Cunin et Jean-Louis Boissier

Album-sans-fin
Album sans fin
, dessin de l’installation.

Argument :
L’apparition du Macintosh puis du logiciel HyperCard ouvrent la voie, entre 1985 et 1988 à des essais artistiques qui mettent en avant l’accès aux images et aux textes. Des images en bitmap 4 bits sont obtenues en numérisant des images arrêtées de vidéos spécialement faites pour assembler des animations extrêmement courtes en boucles. Les douze « tableaux » figurent donc des mouvements cycliques ou en va-et-vient. Ils sont reliées entre eux comme s’ils étaient sur une sphère. Le trackball, incrusté dans le socle, ne comporte pas de clic. Le lecteur agit en pointant les marges des images et, dans certains cas, une zone de l’écran. Album sans fin tend à mettre en évidence la coexistence sans précédent du livre et du film.


Trois photogrammes d’Album sans fin.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
En juin 2015, pour l’exposition Des histoires d’art et d’interactivité au Musée des arts et métiers, une version exactement conforme à celle de 1988-1989 est reconstituée : programme HyperCard, Macintosh SE, trackball Kensington TurboMouse. Dans ce tableau, L’œil suit le curseur en forme de main, ou encore tourne comme la bille sous nos doigts; il sera à l’origine de Globus oculi.