peinture

Vous consultez actuellement les articles indexés peinture.



Samedi 9 juillet 2022, 12h30, rue des Solitaires, Paris, 19e. Si le tag est spontanément rangé dans le Street Art, avec les graphes, la peinture abstraite en forme d’affiche relève de l’exercice d’étudiant en art. Les deux catégories sont pourtant mêlées et peuvent s’échanger. Ici elles sont proches dans la même rue, dans des circonstances activistes semblables et par la valeur sûre et stéréotypée de l’énigmatique.

Mots clés : , ,


Vendredi 22 avril 2022, 14h40, Musée Carnavalet, Paris. Léonard Fujita, Intérieur d’un café, huile sur toile, 1958. Si le Musée Carnavalet s’intitule Histoire de Paris, ce n’est pas grâce à une documentation construite et commentée. Ici, les personnages, leurs attitudes, les accessoires et peut-être plus encore le ton éclairé, détaillé, la mise à plat par le dessin parle des années cinquante, jusqu’à provoquer des similitudes avec le milieu « bobo-intello » qui prévaut aujourd’hui dans l’est parisien.

Mots clés : , , ,


Vendredi 11 mars 2022, 20h, Mac Val, Vitry. Sylvie Fanchon a réalisé une peinture murale selon ce processus : sur un fond peint uniformément de beige rosé est appliqué un ensemble de bandes de ruban adhésif coupées en les déchirant ; l’ensemble est peint en noir puis les bandes sont arrachées. Le motif de lignes obliques, « ce rose chair poudré renvoie à la féminité et à ses attributs, tels que le fond de teint, le fard et les bas de soie. Le motif peut évoquer le soin apporté aux cicatrices, aux blessures intimes et identitaires. En Occident, les sages-femmes furent les premières femmes à pratiquer la médecine, notamment au service du peuple paysan. Du 14e au 17e siècle, durant la transition entre le régime féodal et la modernité, les sages-femmes et les guérisseuses furent bannies des écoles officielles de médecine en raison de leur genre et persécutées pour leurs connaissances et leur pouvoir. La majorité d’entre elles furent victimes des chasses aux sorcières. » La citation vient du cartel : Sylvie Fanchon, 1953, Sagesfemmes, 2017-2021, Acrylique, Inventaire n° 2019-2361, Don de l’artiste.

Sur la gauche est inscrit « Sages-femmes »

Mots clés : , , ,





Samedi 5 mars 2022, 16h, Musée national d’art moderne. De la rétrospective Georg Baselitz, une très grande peinture, Bildsechsundzwanzig [Tableau-vingt-six], 1994, huile sur toile. On s’en approche, on se perd dans une tentative de lecture d’une telle surface, puis on gagne une attention subjuguante pour des figures, des traits, des inflexions, des profondeurs.

Mots clés : , ,


Samedi 5 mars 2022, 15h — 17h, Musée national d’art moderne. Georg Baselitz peint avec à l’esprit des tableaux dont il dit qu’ils l’ont marqué – inquiétude dans son enfance, de Ferdinand von Rayski, Jagdpause im Wermsdorfer Wald [Halte de chasse], 1859, pour Der Baum [L’Arbre], 1966, huile sur toile —, ou qu’il s’en amuse — Otto Dix, Die Eltern des Künstlers [Les Parents de l’artiste], 1924, pour In des Tasse gelesen, das hietere Gelg [Lu dans la tasse, le jaune enjoué ], 2010, huile sur toile.

Mots clés : , ,




Jeudi 17 février 2022, 13h30, galerie gb agency, rue des Quatre Fils, Paris, 3e. Ce que Paul Heintz nomme une « para-peinture » — qu’il peut pratiquer — se réfère à Dafen Oil Painting Village où 8000 peintres produisent chaque année jusqu’à 5 millions de copies pour répondre à des commandes en ligne. Par une conversation sur messagerie instantanée et par échange de dessins, il a ainsi correspondu avec un artiste de son âge, Wang Shiping, dont il installe une série de répliques des Tournesols. Les tabourets empilages jaunes sont identiques à ceux que l’on voit dans son film, ils viennent du 13e. Fabriqués par Taizhou Huayue Plastic Co. Ltd à Taizhou dans le Zhejiang, on les trouve sur Alibaba à 1€, à condition d’en commander au moins 1500.

Mots clés : , , , , ,