Construction

Vous consultez actuellement les archives pour le thème Construction.


Lundi 16 janvier 2023, 13h, place de La Nation, Paris. Depuis quelques mois une « dent creuse » occupée par un magasin s’est élevée à six étages pour faire une auberge de jeunesse, avec un bar au sommet. Ce « rooftop » est à la mode, avec de bonnes raisons, d’abord celle de donner un point de vue inédit. Nous qui sommes « de La Nation » en lisons maintenant le panorama sur tout Paris.

Mots clés : ,


Vendredi 2 décembre 2022, 15h, ZKM, Karlsruhe. Le reenactment de l’installation « Toutes les copies » — par celle qui l’avait créée, Liliane Terrier —, comme témoin de l’exposition de 1985 Les Immatériaux, a lieu dans l’exposition Matter. Non-Matter. Anti-Matter. En 1985, il y avait bien un panier où les copies s’accumulaient mais au sol, alors qu’il est ici fixé à la cimaise, aligné sur des œuvres, donc une œuvre aussi. L’autoportrait est celui de Felix Koberstein, historien d’art et commissaire.

Mots clés : ,




Samedi 8 octobre, 14h, Morogues, Cher. La très solide église Saint-Symphorien — ou plus exactement longtemps renforcée contre des glissements de terrain — est d’une matière remarquable, le grès ferrugineux, qui souligne pour nous cette région célèbre pour sa poterie de grès.

Mots clés : ,



Vendredi 23 septembre, 17h, Musée Château d’Annecy. Il y a une section, ethnographique dit-on aujourd’hui, avec de beaux meubles « d’alpage ». En épicéa, la table « de berger », pliante à trois pieds, pour faciliter l’itinérance mais aussi parce qu’elle est ainsi plus stable sur un sol irrégulier, m’intéresse aujourd’hui alors que je réfléchis aux tables qui recevront les gobelets de céramique d’une exposition. En pin cembro, le coffre du Beaufortain a des « pieds poteaux ». Ses rosaces entrent en résonance avec les motifs observés longuement sur les poteries Mingei, mouvement japonais symétrique des Arts et Traditions populaires.

Mots clés : , , ,



Samedi 20 août 2022, 11h30, Musée de Valence. On est là aussi pour revoir : Étienne-Martin, L’Escalier, 1984, bois, métal, plexiglass. Avec une attention particulière, non seulement au tronc, escalier hélice de fer, aux deux côtés, rouge et vert, mais au derrière, le cube bleu retenu par une poche de grillage.

Mots clés : , ,


Jeudi 11 août 2022, 13h30, Chamnord, Chambéry, Savoie. La galerie marchande est climatisée, on s’y attarde par canicule. Le sarrasin est à l’ordre du jour. La grande crêpe ronde se plie en carré pour s’inscrire dans une assiette et pour rejoindre légalement le réseau social Instagram. Une telle mise à plat évite le stéréotype.

Mots clés : , ,


Mercredi 10 août 2022, 13h30, plateau du Revard, commune de Saint-François-de-Sales, Massif des Bauges, Savoie. Plusieurs se présentent le long du chemin. C’est l’occasion de voir ce que l’on sait aujourd’hui de la vie des fourmis. Une notion, que l’on a souvent tenue en garde, peut s’imposer : cette perfection de la forme construite relève d’une intelligence collective. Et l’on souligne qu’un tel dôme n’est pas une pyramide. Voir : http://jlggb.net/blog8/2022/09/07/un-four-en-dome-de-terre/

Mots clés : ,


Lundi 11 juillet 2022, 19h30, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Paris. L’exposition de Tatiana Trouvé surprend, quand on l’a suivie depuis des années, car elle se compose de traces sur le sol et de grands dessins. Mais on se plaît à observer plusieurs de ses Gardians : « Ce sont des sculptures qui ont été créées dans l’intention d’être Les gardiens d’autres œuvres, pour être en compagnie d’autres œuvres, pour garder des œuvres mais aussi des idées » avait-elle dit lors de l’ouverture de la Bourse de commerce. Ici, le plus simple, cassé, attaché à une barrière de rameaux et de chardons de bronze, un fauteuil de tubes avec son coussin, un poste de radio, eux aussi de bronze, deux livres, en onyx : L’Établi de Robert Linhart ; La Grande Cordée de Fernand Deligny. VOIR : Tatiana Trouvé au Mamco et Tatiana Trouvé 2014.

Mots clés : , , ,



Lundi 11 juillet 2022, 18h30, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Paris. Dans l’exposition / Allemagne / Années 1920 / Nouvelle Objectivité / August Sander / : deux prototypes de la multiplication standardisée. L’architecte viennoise Margarete Schütte-Lihotzky — première femme architecte, militante anti-nazie, dont l’histoire marquera le siècle –, qui travaille à Francfort, dessine une cuisine qui rationalise les déplacements et les gestes de la ménagère, ce sera la Frankfurter Küche, [Cuisine de Francfort], 1926, cuisine équipée, achat 2022, Centre Pompidou, MNAM. Au début des années trente, Otto et Marie Neurath conçoivent, avec la designeuse Marie Reidemeister et le dessinateur Gerd Arntz, la collection Isotype, des pictogrammes composant une typologie de métiers et de catégories sociales destinée à un langage visuel politique, à une diffusion universelle du savoir : Gesellschaftsgliedrerung [Structure de la société], vers 1931-1933, Grands propriétaires terriens, Paysans, Ouvriers agricoles, Entrepreneurs, Employés, Ouvriers.


Samedi 9 juillet 2022, 14h, rue des Bois, Paris, 19e. Les immeubles de briques, HBM, habitations à bon marché, qui entourent Paris – cet immense groupe de 258 logements, nommé Potain-Bois, a été mis en service en 1927 –, se voulaient d’un certain style, d’une certaine richesse à destination des modestes. Les briques sont ici souvent signées, différenciées, accompagnées de pièces émaillées de bleu.

NOTE : Plus symptomatique des enseignements des concours de la ville de Paris, le groupe du 27 rue du docteur Potain (75019) édifié de 1922 à 1927 illustre un parti pris plus pittoresque, voire exubérant. Les architectes Daniel, Lionel et Raoul Brandon emploient toute une palette de briques polychromiques et de carreaux de faïences. La polychromie des briques permet la réalisation de véritables frises. Les volumétries sont complexes, articulant de façon atypique loggias et balcons. Même les cheminées deviennent décor d’architecture. L’impression générale est celle d’HBM proliférantes dans lesquelles il existe un soin du détail irréprochable. pdf Les Habitations à Bon Marché de la ceinture de Paris : étude historique, APUR, 2017, Paris, p. 82.

Mots clés : , , ,

‹ Articles plus anciens