Art

Vous consultez actuellement les archives pour le thème Art.




Dimanche 18 septembre 2022, midi, Musée Ariana, Genève. Dans l’exposition Migration(s) « 33 artistes, 20 nationalités représentées », Léandre Burkhard,Urban Wheel, 2019, installation, poterie, film. Son travail connaît deux versants, une création de céramiques plastiques et sculpturales et des événements centrés sur la production d’objets en terre associant d’autres personnes et leur contexte. Résident en Chine, en particulier aux Beaux-Arts de Chine de Hangzhou, il a repris le principe d’un antique tour qui demande l’intervention d’une deuxième personne. Une relation, un dialogue provoquent l’existence d’un objet qui va en être le témoin solide.

Mots clés : , ,



Samedi 17 septembre 2022, 17h30, Carouge. Le Parcours céramique carougeois 2022 nous a conduits ici, aux Halles de la Fonderie. Mais c’est en sortant qu’une pierre a retenu notre attention. Elle qui, avec une matière, une forme, une masse sans égale, nous parlait bien plus que les sculptures de céramique. Je retiens fermement la porte ouverte, je ne suis pas inerte, la Liberté est ma cause. Puis elle nous a montré sa maison, finement construite, porteuse de la devise : livere, dulcedo, cordis, hominibus, pace, rebus, arte…

Mots clés : , ,

Treize ans


Vendredi 2 septembre 2022, 20h, Paris. Le hasard d’une recherche automatique dans l’ordinateur — on ne peut désormais rien trouver autrement — rétablit cette photo : pas manquée, au contraire. C’était dans la grande cafétéria du pavillon central de la biennale de Venise, transformée avec vigueur et quelque chose comme une gaîté par l’artiste Tobias Rehberger. C’était il y a treize ans.

Mots clés : , , ,


Jeudi 1er septembre 2022, 20h. Il y est question de fin, de monument, d’avenir et aussi de diagonales, d’ombres obliques. C’est dans le numéro 44 de La Couleur des jours, automne 2022. http://www.lacouleurdesjours.ch/

Mots clés : , ,


Samedi 27 août 2022, 22h, Paris. Arrivé expressément du Japon, le soba choko ancien de porcelaine d’Imari, dans la version courante et notoire « flèche », est choisi pour montrer comment le digital de l’exposition à venir (digital) Soba Choko à La Borne est aussi et peut-être d’abord une manière de dire désigner, exhiber et manipuler, et aujourd’hui de pointer le workshop #motifs avec Anne Reverdy qui a lieu là-bas dans une semaine.

Mots clés : , ,



Samedi 20 août 2022, 11h30, Musée de Valence. On est là aussi pour revoir : Étienne-Martin, L’Escalier, 1984, bois, métal, plexiglass. Avec une attention particulière, non seulement au tronc, escalier hélice de fer, aux deux côtés, rouge et vert, mais au derrière, le cube bleu retenu par une poche de grillage.

Mots clés : , ,




Dimanche 17 juillet 2022, 22h, Paris. Il est arrivé par FedEx vendredi 15, trois jours plus tôt qu’annoncé par Buyee de Yahoo Japan. Le 9, il était In Storage, à envoyer comme paquet de 320 g. Le 7, c’était la Winning Auction, pour 3000 yens. Il n’y a pas eu de concurrence pour cet objet qui n’intéresse pas les collectionneurs. Classique, banal, mais précisément à collecter pour ses variantes. Ce soba choko de porcelaine, de la région d’Arita, est mentionné plus largement comme koimari, « ancien d’Imari », le port d’où partait la porcelaine, et Edo chūki, le milieu de l’époque Edo qui va de 1603 à 1868, alors qu’il peut être de la fin de Edo, sinon de l’Ère Meiji, de 1868 à 1912. Son décor est nommé ichimatsu, du nom d’un comédien savant et populaire de Kabuki, Sanogawa Ichimatsu, 1722~1762, dont l’habillement est marqué par des tissus en damier, carrés sombres et clairs et texturés. La plus marquante est nommée 格子文, kōshimon, on dira treillis, en s’attachant à la retrouver en divers endroits où elle a pu exister dans l’histoire et par le monde, du fait d’une logique de construction. La variabilité est le fait d’une multiplicité qui renforce l’appréciation d’un savoir-faire. Les « défauts » n’ont rien d’une maladresse mais relèvent du coup de main. La petite figure du fond semble d’abord une signature mais elle est attachée au motif extérieur. On doit encore éclaircir ce détail.

 

 

Mots clés : , , , , ,


Lundi 11 juillet 2022, 19h30, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Paris. L’exposition de Tatiana Trouvé surprend, quand on l’a suivie depuis des années, car elle se compose de traces sur le sol et de grands dessins. Mais on se plaît à observer plusieurs de ses Gardians : « Ce sont des sculptures qui ont été créées dans l’intention d’être Les gardiens d’autres œuvres, pour être en compagnie d’autres œuvres, pour garder des œuvres mais aussi des idées » avait-elle dit lors de l’ouverture de la Bourse de commerce. Ici, le plus simple, cassé, attaché à une barrière de rameaux et de chardons de bronze, un fauteuil de tubes avec son coussin, un poste de radio, eux aussi de bronze, deux livres, en onyx : L’Établi de Robert Linhart ; La Grande Cordée de Fernand Deligny. VOIR : Tatiana Trouvé au Mamco et Tatiana Trouvé 2014.

Mots clés : , , ,


Lundi 11 juillet 2022, 17h15, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Paris. S’il ne me « plaît » guère spontanément,  ce tableau — Georg Scholz (1890 – 1945), Kakteen und Semaphore [Cactées et sémaphores], 1923, huile sur panneau dur, LWL, Munster – peut être retenu comme totem de la Neuesachlichkeit, dans l’exposition / Allemagne / Années 1920 / Nouvelle Objectivité / August Sander /. Les cactées s’y prêtent, elles sont peintes comme des objets sans vie. Leur présence de nature morte s’associe à l’autre tableau qu’est l’ouverture en lui donnant paradoxalement un semblant de vie parlante, dans le langage des sémaphores. Mais il me vient que si la Nouvelle Objectivité m’a intéressé pour son passage par l’objectif, l’objectif de l’appareil photographique, facteur de distanciation comme d’ironie critique, elle donne ici des objets — peut-être comme dans notre « Vie des objets » — qui m’importent, pour les collecter comme pour les produire : les cactées, succulentes, crassulas ; les pots en troncs de cône. Enfin, qu’un paysage se construise autour de signaux de circulation est pour moi une clé qui permet de le saisir.

NOTE : Podcast du Centre Pompidou / son / transcription

Mots clés : , , , ,



Lundi 11 juillet 2022, 17h, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Paris. Dans l’exposition / Allemagne / Années 1920 / Nouvelle Objectivité / August Sander / : Sasha Stone, Wenn Berlin Biarritz wäre [Quand Berlin était Biarritz], photomontage, Musée Folkwang, Essen ; Richard Schadewell et Marcel Breuer, designers, Fernsprechstischapparat « Modell Frankfurt », Nebenstellenapparat [Téléphone « Modèle Francfort », combiné secondaire], 1929, bakélite, métal, textile, Bildarchiv, Museum Angewandte Kunst, Francfort-sur-le-Main.

Mots clés : ,

‹ Articles plus anciens