Art

Vous consultez actuellement les archives pour le thème Art.



Jeudi 12 mai 2022, dimanche 15 mai, Les Halliers, Neuvy-Deux-Clochers, Cher. Durant quatre jours, dans l’atelier qui fut construit par son père Christophe Linard, Claire a conduit, avec une dextérité formidable et un savoir-faire sans égal, un atelier pour trois étudiantes et deux étudiants de l’École d’art et de design du Mans. Les gobelets tournés de porcelaine sont un apport au projet et à l’exposition « (digital) Soba Choko » qui a lieu ici, à La Borne, à la fin de l’année.

Mots clés : , , ,


Vendredi 22 avril 2022, 14h40, Musée Carnavalet, Paris. Léonard Fujita, Intérieur d’un café, huile sur toile, 1958. Si le Musée Carnavalet s’intitule Histoire de Paris, ce n’est pas grâce à une documentation construite et commentée. Ici, les personnages, leurs attitudes, les accessoires et peut-être plus encore le ton éclairé, détaillé, la mise à plat par le dessin parle des années cinquante, jusqu’à provoquer des similitudes avec le milieu « bobo-intello » qui prévaut aujourd’hui dans l’est parisien.

Mots clés : , , ,



Vendredi 11 mars 2022, 21h, vernissage, Mac Val, Vitry. Karina Bisch et Nicolas Chardon donnent une exposition étendue, un espace à fréquenter, « à vivre », fait de murs colorés, de pièces et de meubles, de peintures, de motifs décoratifs. Ils se réclament d’une « peinture à vivre, savante et burlesque », que l’on reconnaît comme citations des avant-gardes d’il y a un siècle, ironiques mais aussi jouables, aimables au premier degré.

Mots clés : , ,


Vendredi 11 mars 2022, 20h, Mac Val, Vitry. Sylvie Fanchon a réalisé une peinture murale selon ce processus : sur un fond peint uniformément de beige rosé est appliqué un ensemble de bandes de ruban adhésif coupées en les déchirant ; l’ensemble est peint en noir puis les bandes sont arrachées. Le motif de lignes obliques, « ce rose chair poudré renvoie à la féminité et à ses attributs, tels que le fond de teint, le fard et les bas de soie. Le motif peut évoquer le soin apporté aux cicatrices, aux blessures intimes et identitaires. En Occident, les sages-femmes furent les premières femmes à pratiquer la médecine, notamment au service du peuple paysan. Du 14e au 17e siècle, durant la transition entre le régime féodal et la modernité, les sages-femmes et les guérisseuses furent bannies des écoles officielles de médecine en raison de leur genre et persécutées pour leurs connaissances et leur pouvoir. La majorité d’entre elles furent victimes des chasses aux sorcières. » La citation vient du cartel : Sylvie Fanchon, 1953, Sagesfemmes, 2017-2021, Acrylique, Inventaire n° 2019-2361, Don de l’artiste.

Sur la gauche est inscrit « Sages-femmes »

Mots clés : , , ,





Samedi 5 mars 2022, 16h, Musée national d’art moderne. De la rétrospective Georg Baselitz, une très grande peinture, Bildsechsundzwanzig [Tableau-vingt-six], 1994, huile sur toile. On s’en approche, on se perd dans une tentative de lecture d’une telle surface, puis on gagne une attention subjuguante pour des figures, des traits, des inflexions, des profondeurs.

Mots clés : , ,


Samedi 5 mars 2022, 15h — 17h, Musée national d’art moderne. Georg Baselitz peint avec à l’esprit des tableaux dont il dit qu’ils l’ont marqué – inquiétude dans son enfance, de Ferdinand von Rayski, Jagdpause im Wermsdorfer Wald [Halte de chasse], 1859, pour Der Baum [L’Arbre], 1966, huile sur toile —, ou qu’il s’en amuse — Otto Dix, Die Eltern des Künstlers [Les Parents de l’artiste], 1924, pour In des Tasse gelesen, das hietere Gelg [Lu dans la tasse, le jaune enjoué ], 2010, huile sur toile.

Mots clés : , ,




Jeudi 17 février 2022, 13h30, galerie gb agency, rue des Quatre Fils, Paris, 3e. Ce que Paul Heintz nomme une « para-peinture » — qu’il peut pratiquer — se réfère à Dafen Oil Painting Village où 8000 peintres produisent chaque année jusqu’à 5 millions de copies pour répondre à des commandes en ligne. Par une conversation sur messagerie instantanée et par échange de dessins, il a ainsi correspondu avec un artiste de son âge, Wang Shiping, dont il installe une série de répliques des Tournesols. Les tabourets empilages jaunes sont identiques à ceux que l’on voit dans son film, ils viennent du 13e. Fabriqués par Taizhou Huayue Plastic Co. Ltd à Taizhou dans le Zhejiang, on les trouve sur Alibaba à 1€, à condition d’en commander au moins 1500.

Mots clés : , , , , ,


Lundi 24 janvier 2022, 11h, Aix-les-Bains. Au marché au puces de Riponne, un dimanche à Lausanne, je n’ai pas hésité une seconde, un tel engrenage à vis sans fin est pour moi un modèle très ancien. Fabriqué par un élève qui a manifesté ainsi sa maîtrise de tourneur fraiseur, cet objet de 60 par 80 et 30 mm a les proportions d’un tableau, avec deux pieds pour être une sculpture. Il ne s’actionne que pour lui-même, pour célébrer un temps qui passe dont il est le monument.


Mercredi 19 janvier 2022, Aix-les-Bains. On en parlait peu, mais parfois vivement, Michel Subor, acteur, vient de disparaître. Je l’ai identifié, c’était l’un des objets du film, au petit soldat du film de Godard, vu dans une « première » donnée par notre le Ciné Club Universitaire de Grenoble, probablement en 1965. Le tournage eu lieu en 1959, alors que À bout de souffle n’était pas encore sorti. On peut désormais comprendre pleinement, au regard de ce qu’a été l’œuvre de Godard, comment ce second film était l’antithèse du premier : Genève, la Suisse et non Paris, de très jeunes acteurs inconnus — Anna Karina et Michel Subor —, une histoire d’amour mais expressément politique et historique. Avec — ce qui est dans cette image — une ambiguité sous le régime du ET (et pas est), la marque de Godard. Pour le numéro 3 de La Recherche photographique, de décembre 1987, dédié à « Le cinéma, la photographie », il m’était venu à l’idée d’explorer les archives photographiques de la Cinémathèque française. À côté du fonds Fritz Lang, il y avait Le Petit Soldat, des photos de tournage dont l’auteur n’était pas connu [dr] mais exactement démonstratives de l’un des thèmes internes : la prise de vues comme relation. Cela devait donner un cahier de 16 photos carrées — Rolleiflex — et la couverture. Voir l’article de mars 2012 : http://jlggb.net/blog3/?p=1816

Mots clés : , , ,



Vendredi 14 janvier 2022, 15h, Arbin, Savoie. Connaissant, du sculpteur Marius Mars Vallett, ses Deux enfants sous la neige, ses statues de Jean-Jacques Rousseau et de Lamartine, il nous intéressait de voir son monument aux fusillés. Le 21 juin 1944, dix résistants furent fusillés à Arbin, « dans un champ en bordure de la Nationale 6 » — célèbre route reliant Paris à l’Italie par le Mont-Cenis. En un lieu proche, ce monument leur fut dressé en 1948. En 1983, il était déplacé en « un meilleur emplacement » qui aujourd’hui est toujours en bordure, sur un parking de poids lourds. On l’a trouvé parce qu’on s’est trompés de route et extirpés d’une zone industrielle. Mais un ruisseau et ses arbres, le soleil couchant, lui donnent un paysage, et une image, honorables.

Mots clés : , ,

‹ Articles plus anciens