soleil

Vous consultez actuellement les articles indexés soleil.

chatillon ciel
Dimanche 10 novembre 2013, Châtillon, Hauts-de-Seine, 17h. Il a plu longtemps et fort la nuit dernière. Une puissante dépression sur le nord de l’Italie a aspiré de loin l’air frais et les nuages. Alors que nous sortions de Paris vers le sud-ouest, le soleil bas très vif nous éblouissait. Le ciel lavé au dessus de Paris s’étendait de l’Écosse au Dauphiné.

meteo 10 nov 17h
Carte météo satellitaire du 10 novembre 2013 à 18h.

Mots clés : , ,

sunset vevey Jeudi 31 octobre 2013, 12h. La place du marché à Vevey, que nous avions déjà visitée, il y a des années, pour y repérer la maison de Madame de Warens. Soleil très vif pour cette fin octobre sur la Riviera, et l’envie de s’installer à l’abri de la bise à la terrasse du café Le Sunset. Allant au bar pour commander deux cafés, on entend la serveuse dire : « Service dehors, si jamais. » Cette tournure typique du français de Suisse romande m’est familière. Mais elle me surprend toujours par le goût de reproche qu’elle laisse. Ici j’entends : « Si vous voulez être à la terrasse, pourquoi ne vous installez-vous pas à attendre pour commander ? ». « Si jamais », ce n’est jamais que « au cas où ». Mais le suspens est troublant. J’ai connu Si jamais je te pince !… (de Labiche), et tous les si jamais suivis de quelque chose. L’ellipse est pourtant très efficace. Jamais n’est pas que l’envers de toujours, comme dans « Ne travaillez jamais ! ». Jamais est une variable qui prend son sens, positif, négatif, hésitant, au sein de la phrase et de l’énonciation. Jamais est un moment quelconque, une éventualité dans le temps, mais verse par nature dans le négatif, même sans négation préalable : « Jamais de la vie ». Pourtant, il y a le (comme déjà) et le magis (plus, davantage), qui fondent, par exemple, « À jamais ». Jamais, avec si, s’échappe dans le virtuel.

Mots clés : , ,

drapeau geidai 23 sept
Lundi 23 septembre 2013, 17h, Tokyo. Au nord-ouest du parc de Ueno, de part et d’autre de la rue, les entrées de l’École des Beaux-Arts et du Conservatoire de musique, deux entités (sœurs et ennemies, dit-on) réunies sous le nom d’Université des arts de Tokyo (東京藝術大学, Tōkyō Geijutsu Daigaku ou Geidai), voient aujourd’hui leur symétrie renforcée par deux paires de drapeaux. Si la Fête de la lune, commune à toute l’Asie, tend à ne plus être marquée, le Japon a fait de l’équinoxe d’automne une fête officielle. Sous nos yeux, les drapeaux « Soleil levant » sont rapidement retirés à 17h10, au coucher du soleil. Ce drapeau national, déjà suspect, participe à la lutte entre le soleil et la lune.

Mots clés : , , ,

Image réelle

soleil-8-juillet
Lundi 8 juillet 2013, 9h22, 93bis. Pendant quelques jours, le soleil passe juste au dessus des toits et entre profondément. Les petits trous du store forment chacun une image (en optique : image réelle) du disque solaire.
Voir : « Le jour se lève », Le Havre, 5 mars 2010 et « L’image vraie », 24 mai 2010.

Mots clés : , ,


Lundi 29 octobre 2012, 12h25 (heure d’hiver), Aix-les-Bains. Pause dans le tour Grand Port — Petit Port à vélo. Au café-restaurant Les Bateliers, qui a des allures de paillotte méditerranéenne, on commande deux cafés qui ne viendront jamais. C’est pas grave, on aura pris le soleil.

Mots clés : , ,


Lundi 8 octobre 2012, 7h57, train de Paris vers Abbeville, entre Saint-Just-en-Chaussée et Amiens. Nouveau voyage pour le montage de l’exposition « leurs lumières » à Saint-Riquier, cette fois avec Alexis et Michaël.

Mots clés : ,



Dimanche 13 mai 2012. Nous prenons le car spécial au Châtelet à 13h30 et nous arrivons au parc et château de Chamarande (Essonne : http://chamarande.essonne.fr/), à environ 45 km, vers 14h30. C’est pour y voir l’exposition d’œuvres contemporaines qui ouvre aujourd’hui. Le parc est très grand et agréable. La lumière et la verdure sont très vives. Les pièces sont très moyennes (la photo sur herbe, quand même, ci-dessus) mais nous retrouvons pas mal d’amis — Béatrice et Yann, Helen et Heiko, Anne et David, Katrin, Stéphane et d’autres. Il me faut repartir à 17h09 (photo) par la gare RER de Chamarande, qui se trouve très proche, pour un rendez-vous au café Beaubourg à 18h15 avec Gwenola, Tania et Roberto. À 18h07, sortant de la gare RER Notre-Dame, je passe par le pont Saint-Michel (photo) où, là aussi, je suis frappé par l’extrême luminosité du décor — et l’affluence des promeneurs.

Mots clés : , ,


Mardi 1er mai 2012, 20h30, Tgv de Paris vers Aix-les-Bains à la hauteur de Lyon.

Mots clés : , ,


Vendredi 6 janvier 2012, 16h, café Le Flore en l’Île, Île Saint-Louis, Paris, 4e. Si on s’arrête ici, en faisant abstraction de l’accordéon parisien et du prix de l’expresso — pour justifier ce prix, on nous sert des truffes au chocolat hors limite et deux verres d’eau du robinet —, c’est pour les rayons de soleil. Le réchauffement de la planète y est vu par le petit bout de la lorgnette : cet hiver, on n’a pas d’hiver.

Mots clés : , ,