néon

Vous consultez actuellement les articles indexés néon.


Lundi 16 janvier 2012, 19h30, rue de l’Athénée, Genève. Confirmation de la propension à mettre « coiffure » en cursives et croisement avec la série des néons.


Mardi 10 janvier 2012, 16h48, rue Saint-Antoine, métro Saint-Paul, traiteur « Les Délices d’Asie ». « Plats à emporter » fait partie de notre série « éloge du littéral » — voir par exemple « Néon littéral » du 11 juin 2011. Pourtant, c’est le contexte qui renvoie les mots du côté des actes de langage. C’est une désignation mais aussi une réalisation potentielle. Entre la signification linguistique déterminée et le sens que le contexte doit actualiser, c’est un débat qu’il faut soutenir (François Recanati, Le sens littéral, L’Éclat, 2007). À vrai dire, avec une enseigne de néon rouge, l’écart n’est pas si grand. Il fallait le demander à tous les artistes qui ont fait des mots avec du néon : Joseph Kosuth, Bruce Nauman, Mario Merz, Sarkis, Claude Lévêque, Jean-Michel Alberola, etc.

Contribution empirique à la discussion : prendre (emporter) une image est un geste qui appelle d’autres gestes, semble-t-il.

Articles plus récents ›