La dérive du code-couleurs ou le réel selon les arts


Jeudi 15 décembre 2011, 12h. Saint-Denis, Université Paris 8, bâtiment A. Ces bâtiments, construits à la hâte en 1980 pour accueillir l’Université forcée à quitter le Bois de Vincennes (voir : http://jlggb.net/blog2/?p=7005), furent convertis en partie — de façon plutôt réussie — après la construction de la nouvelle bibliothèque universitaire (inaugurée en 1998). Les architectes (Jacques Moussafir et Bernard Dufournet, voir : http://www.culture2000.tee.gr/paris/projets/93/93_10/index_en.htm et http://www.pavillon-arsenal.com/img/conference/25/cp/PAV_25_CP.pdf) furent contraints par une structure existante de mauvaise qualité et par un budget restreint. 1°. On constate la dérive du code couleurs, des disciplines artistiques vers le tri des ordures. 2°. On rappelle que l’art, et l’enseignement de l’art, devaient s’alimenter au contact avec le réel. Le problème, c’est que, paraît-il, pour sentir le réel, il faut des terrains vagues, des dépotoirs, des poubelles.
.


Image officielle de l’architecture et des couleurs attribuées aux différentes disciplines artistiques (photo Georges Fessey).

Mots clés : , ,