Les paisibles mais rapides moments qui m’ont donné le droit de dire que j’ai vécu




Samedi 21 janvier 2012, 15h, Chambéry, Les Charmettes. Dans la maison, où peut-être aujourd’hui encore, il n’y a pas d’électricité, cette porte en trompe-l’œil. Dans l’annexe dédiée aux expositions, cette chaise scolaire type Mullca 510 (voir : http://jlggb.net/blog/?p=380) qui reste à coup sûr de notre exposition d’il y a maintenant près de dix ans, ici même : Moments de Jean-Jacques Rousseau. Et ce panneau, inauguré hier matin par le ministre de la culture : un nouveau label « Maison des illustres », certainement une bonne nouvelle pour Les Charmettes, mais cette citation, qu’il conviendrait de compléter, sinon c’est un contresens :

Ici commence le court bonheur de ma vie; ici viennent les paisibles mais rapides moments qui m’ont donné le droit de dire que j’ai vécu.
Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, Livre VI.

Mots clés : ,

  1. Le trompe-l’œil est contemporain de Rousseau ?

  2. Je parlais de ce trompe-l’œil en particulier, bien sûr. Effectivement, l’histoire des raisons de Zeuxis est la référence. Celui que je rêverais de voir, c’est le fameux théâtre de Palladio, en trompe-l’œil mais aussi en relief.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.