octobre 2012

Vous consultez actuellement les archives mensuelles pour octobre 2012.


Lundi 15 octobre 2012, 13h30. Salon de coiffure, 29 boulevard Saint-Germain, Paris 5e. Alors qu’elle se trouve sur un trajet fréquenté depuis des années, celle-ci nous avait jusqu’alors échappé. On constate que l’enseigne standard (de quelle époque au fait ? Années 50-60 ? Sortie de quel atelier ?) subit une certaine acclimatation. Ici, elle prend des allures carrément bourgeoises.

Mots clés : , ,


Samedi 13 octobre 2012, 14h52, vue de la Baie de Somme depuis le Crotoy à marée basse.

Mots clés : ,



Vendredi 12 octobre 2012, 10h puis 17h45. Abbaye de Saint-Riquier, Centre culturel de rencontre, ouverture (à 18h) de l’exposition « leurs lumières ».
Voir « Voyage » du 9 février 2012 : http://jlggb.net/blog3/?p=1309


Éclipse de Félicie d’Estienne d’Orves. Photo par Miki, vendredi 12 octobre, 20h51.

Mots clés : ,


Jeudi 11 octobre 2012, 20h. Dans l’exposition « leurs lumières » au Centre culturel de rencontre de l’Abbaye de Saint-Riquier, la version Lumières de Rousseau du dispositif Vigilambules, déjà employé à Kyoto et à Genève. Cette fois, on compte sur la lumière de l’écran pour éclairer les lecteurs. Voir « Lectrice » : http://jlggb.net/blog3/?p=3891

Mots clés : ,


Mardi 9 octobre 2012, 17h30, 10 rue du Temple, quartier Saint-Gervais. Les crassulas sont presque toujours associées à une vitre, en vitrine. Il faudra s’en souvenir si l’on va vers une exposition Crassulas’ Windows. À moins qu’on choisisse Mémoire de crassulas, comme il y a eu Mémoire de crayons.


Lundi 8 octobre 2012, 7h57, train de Paris vers Abbeville, entre Saint-Just-en-Chaussée et Amiens. Nouveau voyage pour le montage de l’exposition « leurs lumières » à Saint-Riquier, cette fois avec Alexis et Michaël.

Mots clés : ,




Jeudi 4 octobre 2012, 16h30, Abbaye de Saint-Riquier, près d’Abbeville, Somme. Certains éléments de la scénographie pour « leurs lumières » sont peints en bleu vidéo. La bibliothèque, qui va accueillir une œuvre et des documents, est laissée dans son état « XVIIIe ».

Mots clés : , ,


Mardi 2 octobre 2012, 17h50, Institut hongrois, 92 rue Bonaparte, Paris 6e. À l’occasion de son centenaire, une exposition consacrée à Nicolas Schöffer (1912-1992). Toujours dans le registre des coïncidences, ou d’une attention particulière orientée par les projets, retour de l’artiste-architecte, visionnaire cybernétique, qui ne fut pas suivi et souvent à juste raison critiqué, mais dont les utopies ont aujourd’hui une réalité. Je l’ai rencontré par l’intermédiaire de Frank Popper à la fin des années 60 et au début des années 70. J’aimais plutôt ses constructions d’aluminium équipées de moteurs électriques et de lampes. Elles ont une espèce de naïveté anti-esthétique. Centre de loisirs sexuels et Université verticale de 1 km, dessins, (dates ?).

« Un des loisirs les plus importants qu’il s’agit de valoriser esthétiquement et spirituellement, à l’inverse des quartiers réservés habituels. Sa forme de sein et sa couleur rosée le font reconnaître de loin dans le paysage. »
« La circulation d’une unité à l’autre se fait verticalement en quelques minutes et horizontalement par tapis roulants. Un campus d’un kilomètre de long induirait une pollution visuelle, olfactive, sonore et esthétique. L’espace au sol dégagé est réservé à la nature et à la promenade. »

Voir : http://www.olats.org/schoffer/

Mots clés :


Mardi 2 octobre 2012, 15h, Jardin des plantes, Paris. Beaucoup de fleurs de l’été encore. Un cran de plus dans l’intensité colorée, vers le vermillon : dahlias Feu follet.

Mots clés : , ,


Mardi 2 octobre 2012, 13h. L. vient à l’instant de l’inventer en le passant au four à micro-ondes : le plat très mangeable de la rencontre d’un fromage de Hollande et d’une purée de carottes. Et l’on se demande pourquoi l’orange est la couleur des Pays-Bas.

Mots clés : , , ,

‹ Articles plus anciensArticles plus récents ›