Céramiques

Vous consultez actuellement les archives pour le thème Céramiques.

dainichi crue pers
Dimanche 27 octobre 2013. Retour sur les « soba choko » (2). La tasse est ici non peinte et avant cuisson, nettement plus grande qu’elle ne sera après être passée au four : 85 mm, 65 mm, 70 mm (la photo est à la même échelle que celles ci-dessous). C’est peut-être là ce qu’on nomme au Japon forme parfaite, devenue impersonnelle dans sa perfection. Il faudrait engager une production expérimentale, qui laisserait résolument inchangées la forme en tronc de cône, ses proportions et même ses dimensions, mais qui chercherait une façon programmée et automatisée de croiser un vocabulaire de motifs populaires historiques et la sensibilité des lignes au pinceau. L’accent serait mis sur des pièces uniques mais dans le registre d’une variation obtenue par un branchement sur le corps, sur la main, qui renverrait donc ironiquement à celle du « fait main ». C’est ce qui me vient à l’idée à partir de cette ébauche qui m’a été donnée à l’atelier Dainichi le 26 septembre dernier, dont on peut penser qu’elle provient elle-même d’une fabrication par moulage mécanisée.

Mots clés : , , , ,

keizan boutons pers
keizan fleur pers
keizan rayures pers
keizan zigzag pers
dainichi bambou pers
dainichi fleur pers
dainichi mickey pers
dainichi vagues pers
Dimanche 27 octobre 2013. Retour sur les « soba choko » (1). On voit ici un choix de deux séries de quatre de ces tasses, dont on rappelle qu’elles sont en principe destinées à manger les pâtes de soba (sarrazin) en les trempant dans le bouillon qui les accompagne. Les premières sont du four Keizan à Arita (le berceau de la porcelaine japonaise venue de Chine et de Corée, et en particulier de la porcelaine blanche et bleue) : la porcelaine est très blanche, légèrement bleutée et transparente. Les dernières sont du four Dainichi, dans un village proche : la porcelaine est un peu plus épaisse et plus rustique. Les dimensions sont comparables : 75 mm de diamètre en haut, 60 mm de diamètre en bas, 60 mm de hauteur. La décoration est peinte au pinceau à la main avant cuisson, ce qui donne un bleu sous glaçure sur fond blanc. Les motifs de ces deux séries s’apparentent à la tradition populaire (soulignée par le mouvement Mingei), avec une tendance plus marquée à Dainichi. On a vu dans les visites documentées dans des billets précédents que l’atelier Keizan est de taille moyenne alors que l’atelier Dainichi est de trois personnes. La forme en tronc de cône — un gobelet « démocratique » car il permet l’empilement — a historiquement connu, et peut connaître, des variantes. Mais elle donne à toute collection de soba choko une unité étonnante. La variation extrême des motifs dans l’unité de la forme est, de façon certaine, la source d’une vocation à la collection qui est avérée par les ouvrages qui leur sont consacrés (voir : http://jlggb.net/blog/?p=133). Dans les magasins d’ateliers, cette variation est souvent mise en scène et stimule l’acquisition et la collection.

Mots clés : , , , , , , ,

arita museum
arita shibata
Vendredi 27 septembre, 11h30, Arita, préfecture de Saga, Kuyshu. Le Musée de la céramique du Kyushu montre l’apparition et l’évolution de la porcelaine dans cette région. Les premiers fours ont été fondés par des Coréens au XVIe siècle. Une salle est dédiée à la remarquable collection de Akihiko Shibata (qui dirigea une société de produits alimentaires — laquelle ?) et Yuko Shibata (qui dirigea une compagnie commerciale — laquelle ?). Elle couvre spécifiquement la production de céramique d’Arita de la période Edo (1603 — 1867). Mille pièces sont exposées, d’une donation de plus de 10 000. Quelque 500 pièces ont été données par M. Shibata au British Museum.

Mots clés : , ,

hakusan mur 2013
hakusan fabrique
g-type 2013
Vendredi 27 septembre 2013, 9h20, Hasami, préfecture de Nagasaki, Kyushu. Visite au magasin de la fabrique de porcelaine Hakusan, célèbre pour la qualité de ses modèles modernes, initiée par le designer Masahiro Mori (lui même inspiré par le style moderne occidental de l’après guerre, et singulièrement par la Finlande). Précision sur le nom, avec l’aide de Miki : 白 = blanc; 山 = montagne (je reconnais les deux caractères chinois — kanjis —, bai et shan, qui signifient la même chose). 白山 étant une forme chinoise, elle a cette prononciation particulière hakusan. Mais les mêmes caractères peuvent être lus, à la japonaise : shiro et yama. L’objet emblématique de Masahiro Mori est ce récipient à sauce de soja nommé G-type, daté de 1958. Voir : « Masahiro Mori », 7 décembre 2008, http://jlggb.net/blog/?p=915 et Wikipedia : http://en.wikipedia.org/wiki/Masahiro_Mori_(ceramic_designer)

Mots clés : , ,

keizan-mains-pinceau
keizan-porcelaine
Jeudi 26 septembre 2013, 16h — 17h. Préfecture de Saga, village d’Arita, l’atelier de porcelaine Keizan. Repéré par ses tasses à soba — soba choko, そば猪口 — depuis plusieurs années (voir : « Soba toi et moi », 6 janvier 2008, http://jlggb.net/blog/?p=133, c’était une destination obligatoire pour mon exploration des porcelaines de cette région du Kyushu. L’atelier, de taille moyenne, a fait, semble-t-il, des efforts pour affirmer son histoire, sa tradition et son renouvellement. Outre l’atelier de fabrication (qui est accessible, ces photos) il y a un magasin Keizan au centre du village, avec, au premier étage, une exposition précisément consacrée aux soba choko et à toute leurs variétés depuis les années 50 (?), mais qui est un peu à l’abandon.
Liens de l’atelier : http://arita-keizan.com et http://www.keizan-shop.com

Mots clés : , , , ,

dainichi 1
dainichi 2
dainichi 3
dainichi 4
Jeudi 26 septembre, 15h — 16h. Préfecture de Saga, au sud d’Arita, l’atelier de porcelaine Dainichi. Un des rares, le seul peut-être des ateliers de porcelaine de cette région, qui en compte énormément, à avoir attiré l’attention des tenants de l’« esprit Mingei », mouvement lancé par Soetsu Yanagi (1889-1961) et d’autres dans les années trente, pour reconnaître, étudier et promouvoir un artisanat d’art populaire et de qualité (en particulier les tasses « soba choko »). Voir : « Mingeikan » (musée à Tokyo), http://jlggb.net/blog2/?p=4040; « Sori Yanagi », http://jlggb.net/blog2/?p=4193. Nous sommes très bien reçus par une dame qui dirige la fabrique et crée les motifs, son fils qui s’occupe de la fabrication, de la cuisson, sa fille qui peint la vaisselle, pour l’essentiel selon le style traditionnel bleu sur fond blanc. Trois personnes seulement semble-t-il, c’est une toute petite entreprise.

Kubo Ayaha 320 Kubo Toshie 320 Kubo Hiroshi 320
Kubo Ayaha, Kubo Toshie, Kubo Hiroshi, fragments d’instantanés pris au cours de la visite.
Site de la fabrique : http://dainichigama.com/index.html

Mots clés : , , , , , ,

annecy -fragonard-detail
annecy-pot-vovray-large
annecy-armoire-haut
Samedi 22 décembre 2012, 16h-17h, Musée-Chateau d’Annecy. Trois pièces remarquables (en l’absence de Moments de Jean-Jacques Rousseau) :
Jean-Honoré Fragonard, Bergers dans un paysage, vers 1765, huile sur toile (détail). Le cartel explique que ce tableau, rangé dans les tableaux spoliés par les Nazis, a été acheté par Heinrich Hoffmann, photographe d’Hitler, pour le projet d’Hitler d’un musée à Linz.
Poterie Gojon à Vovray, région d’Annecy, début du XXe siècle.
Armoire de Maurienne, pin, mélèze, 1768.

Mots clés : , ,


Vendredi 14 décembre 2012, 22h, 93bis. Cadeau de Masaki, en direct du Japon, une tasse dont il dit qu’elle est pour un café « low res » (la « basse résolution » est un clin d’œil entre nous après un travail sur les images prises avec des téléphones, au début des années 2000), de la marque The Porcelains qui reprend une mosaïque typique des bains publics japonais, avec l’idée de « réchauffer les cœurs » (d’après le site de la marque).

Mots clés : ,


Dimanche 21 octobre 2012, vers 19h, 93bis. Réminiscence d’une photographie de Wols (Berlin 1913 – Paris 1951). Pourquoi la pantoufle gauche s’est-elle usée plus vite que la droite ? Si une pantoufle est percée, il faut changer la paire. Le sol est un carrelage de grès-cérame de 5 x 5 cm.

Mots clés : ,




Mardi 5 juin 2012, 18h30 – 20h30, Musée d’art moderne et contemporain — Mamco, Genève, vernissage du cycle L’éternel retour, séquence – été 2012. Alex Hanimann (Suisse, 1955), Ne pas éviter le destin — et exclure le hasard, lettres découpées, 2012. Sylvie Auvray (Paris, 1974), Masques, céramiques émaillées, 2012.

Mots clés : ,

‹ Articles plus anciens