Muji

Vous consultez actuellement les articles indexés Muji.



Jeudi 30 juin 2011, 15h30. Pour trouver une entrée à Hiroshima, j’avais prévu d’y voir le magasin Muji. Mais c’était oublier que Muji c’est  無印良品 (Mujirushi Ryohin, produits de qualité sans marque) et qu’au Japon, Muji n’est pas une enseigne. Je la cherchais, j’ai fini par la trouver, la couleur, sur cette affiche. Hiroshima, peut-être, mais c’est un Muji, et les Muji se ressemblent tous (vérification faite à Londres, Paris, Tokyo, Turin, Berlin, Séoul, Pékin, Istanbul, etc.). Sauf quand ils ont des fenêtre. De nouveau, vue d’Hiroshima.


Bonus : l’escalier qui mène aux deux étages Muji.

Mots clés : ,



Samedi 8 janvier 2011, 10h50, Nice-Savoie, Aix-les-Bains. Dessus et dessous du bureau dans le salon. Santon Marcel Carbonel, bureau et enceintes Muji, prises électriques Legrand.

Mots clés : , , , ,


Dimanche 30 mai 2010, 22h, 93bis. Dans le chapitre 9, deux pots à crème anglais étaient entrés en scène pour affirmer l’ancienneté (et la permanence ?) du « Super Normal ». Dès le 1er chapitre (4 sept. 2008), un pot (mug) en verre, fabriqué en Chine, avait signifié, sans le dire trop fort, que la vie des objets avait basculé dans le XXIe siècle. On doit se rendre à l’évidence, le « pitcher » (c’est le mot qui nous manquait, qui attaque par surprise; c’est ce qui est inscrit sur l’étiquette Muji : Heatproof Glass Milk Pitcher, Made in China, 125 Ml) rejette dans le XXe siècle, et même avant, le très beau « creamer » de Johnson Bros, par son minimalisme, l’évidence de sa forme et de son matériau, la justesse de ses dimensions. Et aussi sa modernité « globale » et « durable » : fabriqué en grande série, il porte malgré tout des signes du « fait main »; en verre modeste, il se confond dans la cohorte des recyclables.

Mots clés : , ,

kim colin & sam hechtIndustrial Facilities, Kim Colin & Sam Hecht (États-Unis, Grand Bretagne), ont signé le design du disque dur « Little Disk » pour LaCie (Japan Creative Award 2007/08; Industrie Forum Hanover Award 2008; Red Dot Award 2008, Idea Bronze Award 2008) et de la « Toilet Brush » pour Muji.

Il était plus facile au petit disque dur — noir, compact et de poche — de rejoindre la balayette blanche — réputée pour sa stabilité (c’est agaçant de renverser le pot quand on saisit le balai) — dans son lieu naturel. Leur communauté est visible, mais il faut quand même le savoir. Peut-être par peur du ridicule, cette espèce de meeting a lieu discrètement. Mais il ne faudra pas s’étonner quand tous les objets de ce genre, plus maniérés que les autres, lanceront quelque chose comme la Design Pride.

sam hecht
Dimanche 20 décembre 2009, 15h30, le Nice-Savoie à Aix-les-Bains.

Mots clés : , , , ,

toilettes
Paris, samedi 5 décembre 2009, vers 17h. Bar Le Voltigeur, 45 rue Francs Bourgeois
, 4e. Ce café se trouve face au Centre culturel Suisse, endroit marqué
fin 2004 par l’intervention subversive* de Thomas Hirschhorn (Swiss Swiss Democracy) avec un environnement de ruban adhésif brun que l’on nomme depuis « du hirschhorn ». On se souvient avoir vu à la terrasse, des années avant, l’actrice Dominique Laffin.

dominique-laffinDominique Laffin (1952-1985).

* « L’affaire Hirschhorn » : Institution privée mais subventionnée par la Confédération, Pro Helvetia voit le jour en 1939, à la veille de la deuxième guerre mondiale. A cette époque menacée par les Nazis rappelle Mathias Knauer, vice-président de la communauté Suisseculture, « Pro Helvetia a été fondée pour éviter les influences des politiques parce qu’on ne voulait pas une culture d’Etat. Pendant toute la période de la guerre froide, la Suisse s’est montrée très libérale en matière de culture. Mais après la chute du mur, les politiciens ont changé d’avis ».
Illustration de ce changement d’attitude : l’affaire Hirschhorn. En 2004, l’artiste bernois Thomas Hirschhorn présente au centre culturel suisse à Paris – l’une des antennes de Pro Helvetia à l’étranger – une exposition dans laquelle il dénonce l’utilisation de la démocratie par Christoph Blocher notamment, le leader de l’UDC entré quelques mois plus tôt au Conseil Fédéral.

paris-2004-thomas-hirschhorn-au-milieu-de-son-exposition-keystone
Thomas Hirschhorn au Centre culturel suisse en 2004.

Le scandale est énorme. Dans un mouvement d’humeur, le parlement coupe 1 million de francs dans les subventions à Pro Helvetia. Un épisode symptomatique à l’heure où ce même parlement songe à accorder davantage de prérogatives à Pro Helvetia, au détriment de l’Office fédéral de la culture. (extrait du Blog de la Radio suisse romande)
Écouter une émission de la RSR.

voltigeur
Café Le Voltigeur. Sur cette image Street View, on voit l’enseigne Muji qui contribue à faire de ce carrefour un point stratégique. Exemple,  samedi 5 décembre vers 18h : acquisition d’un sceau en plastique translucide.

sceau-muji
Muji : sceau de 8 litres en polypropylène.

Mots clés : , , ,