Interférence audible-visible

Carsten Nicolai (aka Alva Noto), rencontré une première fois à Tokyo en 2000 à Canon ArtLab, pour l’installation immersive et sonore Polar, conçue avec Marco Peljhan, puis de nouveau à Tokyo, ICC, en avril 2008 pour le vernissage de Open Space où il expose Invertone, est au centre de cette photo prise à Beaubourg mercredi 19 septembre 2008.

Polar, 2000

Le groupe Signal — Carsten Nicolai (1965), Frank Bretschneider (1956) aka Komet, Olaf Bender (1968) aka Byetone, tous les trois orinaires de Karl-Marx Stadt (aujourd’hui Chemnitz) — donnait Robotron, 45 minutes en deux parties. La vidéo, prise avec l’appareil photo habituel, malgré l’interdiction d’enregistrer, en restitue la transition. Les sons s’originent dans des enregistrements de bruits. Le flux graphique dans sa contrainte à n’être qu’horizontal et vertical, garde quelque chose de cet ancrage dans des bruits « naturels ». Il se confond à la présence corporelle des 3 musiciens-performers et leur restitue la gestuelle dont prive ordinairement le laptop. L’expérience audible et visible s’étend par nappes et trames, pulsations et chocs, jusqu’à inclure tout l’auditoire.

Extrait (3 mn) de Robotron, 19 septembre 2008, [DR].

Vue en 2003, dans l’exposition Nano à la galerie Fraîch’Attitude à Paris, Wellenwanne, une installation de Carsten Nicolai : quatre grandes plaques d’aluminium supportant une pellicule d’eau, posées sur quatre haut-parleurs. Trames mouvantes en interférences.

Wellenwanne, 2000

Mots clés : ,